Les médias iraniens rapportent que Sara Khadem a participé aux Championnats du monde d’échecs rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, sans hijab.

Une joueuse d’échecs iranienne a pris part à un tournoi international sans hijab, selon les médias. Il s’agit de la dernière en date de plusieurs sportives iraniennes à participer à des compétitions sans hijab depuis le début des manifestations antigouvernementales.

L’Iran est balayé par des manifestations contre le pouvoir clérical du pays depuis la mi-septembre, lorsque Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est morte sous la garde de la police des mœurs qui l’avait arrêtée pour « tenue inappropriée ».

Les médias iraniens Khabarvarzeshi et Etemad ont rapporté lundi que Sara Khadem avait participé aux Championnats du monde d’échecs rapides et en blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, sans hijab, un foulard obligatoire en vertu du code vestimentaire strict en vigueur en Iran.

Des photos publiées par les deux médias semblaient la montrer sans foulard pendant le tournoi. Khabarvarzeshi a également publié une photo d’elle portant un foulard, sans préciser si elle avait été prise lors du même événement.

La page Instagram de Khadem n’a fait aucun commentaire sur le tournoi ou les rapports, et elle n’a pas immédiatement répondu à un message direct de Reuters.

Khadem, née en 1997 et également connue sous le nom de Sarasadat Khademalsharieh, est classée 804 dans le monde, selon le site Web de la Fédération internationale des échecs. Le site web de l’événement du 25 au 30 décembre l’a inscrite comme participante aux compétitions Rapid et Blitz.
Manifestations de soutien

Les manifestations, qui constituent l’un des défis les plus audacieux lancés au pouvoir iranien depuis la révolution de 1979, ont attiré des Iraniens de tous horizons.

Les femmes ont joué un rôle de premier plan en retirant et, dans certains cas, en brûlant leur foulard, tandis que les manifestants ont été encouragés par ce qu’ils ont considéré comme des marques de soutien de la part des athlètes iraniens, hommes et femmes.

En octobre, l’alpiniste iranienne Elnaz Rekabi a participé à une compétition en Corée du Sud sans foulard, avant de déclarer qu’elle l’avait fait sans le vouloir.

En novembre, une archer iranienne a déclaré qu’elle n’avait pas remarqué la chute de son hijab lors d’une cérémonie de remise de prix à Téhéran, après qu’une vidéo l’ait montrée en train de laisser tomber son foulard dans ce qui a également été largement considéré comme une manifestation de soutien aux manifestants.

Dans des commentaires rapportés par les médias d’État en novembre, la vice-ministre iranienne des sports, Maryam Kazemipour, a déclaré que certaines athlètes féminines iraniennes avaient agi à l’encontre des normes islamiques, avant de s’excuser pour leurs actions.

Plusieurs équipes sportives nationales se sont abstenues de chanter l’hymne national, notamment avant le premier match de l’Iran à la Coupe du monde de football. L’équipe a chanté avant ses deuxième et troisième matchs.

Les autorités iraniennes ont sévèrement réprimé les manifestations, qu’elles ont déclarées être des émeutes fomentées par des adversaires étrangers.

Selon l’agence de presse activiste HRANA, 507 manifestants avaient été tués jusqu’à jeudi, dont 69 mineurs. Soixante-six membres des forces de sécurité ont également été tués.

Des représentants de l’État ont déclaré que jusqu’à 300 personnes avaient été tuées, y compris des membres des forces de sécurité.


MEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

PARIS | Le slogan « femme, vie, liberté » illumine la Tour Eiffel en soutien à la révolution féministe d’Iran

La tour Eiffel de France s’est illuminée lundi avec les slogans « Femme Vie Liberté » et «…