Un lutteur de sumo de 28 ans est décédé mercredi au Japon après avoir contracté le coronavirus et souffert de plusieurs défaillances d’organes, devenant ainsi la première victime de la COVID-19 de l’ancien sport, a indiqué l’association nationale.

Shobushi, un lutteur de rang inférieur appartenant à l’écurie de Takadagawa à Tokyo, est décédé mercredi matin après avoir combattu la maladie pendant plus d’un mois.

Il a présenté de la fièvre du 4 au 5 avril, mais a eu du mal à contacter le bureau de santé publique local car les lignes téléphoniques étaient constamment occupées, a déclaré la Sumo Association dans un communiqué.

Il a ensuite été refoulé par plusieurs hôpitaux avant d’être finalement admis dans un hôpital de Tokyo dans la soirée du 8 avril après avoir commencé à cracher du sang, a-t-il ajouté.

Un premier test de coronavirus est revenu négatif mais il a ensuite été positif le 10 avril après avoir été transféré dans un autre hôpital, où il a été placé en soins intensifs le 19 avril.

Le chef de l’association de sumo Hakkaku, qui utilise un seul nom, a déclaré que la nouvelle était dévastatrice.

« Nous ne pouvons trouver aucun mot à dire quand nous pensons au cœur brisé de sa famille. »

« Cela a dû être très douloureux de lutter contre la maladie pendant plus d’un mois mais, comme un lutteur de sumo, il a persévéré et enduré, se battant jusqu’au bout »,

a déclaré Hakkaku.

« Nous souhaitons seulement qu’il repose en paix maintenant », a-t-il ajouté, remerciant les travailleurs médicaux pour leurs soins.

Une poignée de lutteurs et de stagiaires ainsi qu’un maître de sumo se sont révélés positifs au Japon.

L’épidémie a également contraint l’association à annuler son prochain tournoi, qui était prévu pour ce mois.

Un basho n’a été annulé qu’une autre fois en plus d’un demi-siècle, en 2011, à la suite d’un scandale de truquage.

Le basho de printemps, qui s’est tenu en mars à Osaka, s’est déroulé sans spectateurs, avec des lutteurs entourés d’une poignée de juges dans l’arène vide.

Mais il a été diffusé en direct à la télévision nationale, où les téléspectateurs pouvaient entendre des sons normalement noyés par la foule, y compris des lutteurs se frappant le ventre et grattant les pieds sur le ring d’argile.

Certains rituels ont été modifiés, notamment la louche d’eau traditionnelle qu’un lutteur gagnant offre au prochain sur le ring.

Il y a généralement six tournois à travers le Japon chaque année et l’association espère organiser celui qui suit le basho annulé de ce mois-ci à huis clos.

L’épidémie de coronavirus au Japon a été plus faible que dans de nombreux pays, avec environ 16 000 cas et 668 décès confirmés jusqu’à présent, mais le gouvernement a déclaré l’état d’urgence à l’échelle nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SPORT | Le Japon réagit aux actions de la star du tennis Naomi Osaka en faveur de Black Lives Matter

Mme Osaka est une figure populaire au Japon, grâce à son palmarès sur les courts de tennis…