Cuba est soumis à un blocus économique imposé par les Etats-Unis depuis 1962, un embargo considéré comme le plus long jamais enregistré dans l’histoire du monde contemporain. Ce blocus qui survient après que le gouvernement cubain ait procédé à la nationalisation de l’ensemble des entreprises [FR] sur son territoire, plonge l’île dans un véritable isolement économique où le pays n’avait plus le droit d’avoir des relations commerciales avec d’autres pays, situation qui dure bientôt 60 ans.

Ce blocus économique renforcé par l’Administration Trump [ES] n’a pas su bénéficier d’un allégement grâce au coronavirus malgré les nombreux appels du peuple cubain, de la presse internationale et de l’Organisation des Nations-Unies qui a lancé un appel à l’allégement des sanctions contre certains Etats [FR] afin de leur permettre de mieux faire face à la pandémie.

Selon la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, la pandémie de Coronavirus est l’occasion d’assouplir ou de suspendre des sanctions qui pourraient avoir des conséquences graves sur la santé et la vie de personnes touchées pas ces sanctions.

« En cette période cruciale, tant pour des raisons de santé publique mondiale que pour appuyer les droits et la vie de millions de personnes dans ces pays, les sanctions sectorielles doivent être assouplies ou suspendues. Dans ce contexte de pandémie mondiale, entraver les efforts médicaux dans un pays accroît les risques pour nous tous « .

« Il est nécessaire d’appliquer des dérogations vastes et pragmatiques pour raison humanitaire face à ces sanctions, et d’accorder des autorisations rapides et flexibles pour obtenir les fournitures et équipements médicaux essentiels « , a-t-elle indiqué.

Ce blocus contre Cuba est dénoncé tous les ans en assemblée générale des Nations-Unis [FR] presqu’à l’unanimité de ses membres, précisant son caractère illégal et non conforme au droit international public et à la souveraineté des Etats.

En effet, Cuba a dû affronter seul la pandémie en déployant des efforts pour protéger son peuple et ralentir au mieux sa propagation. Le pays, malgré ses nombreuses difficultés, s’est quand même engagé dans des actions de solidarité internationale en envoyant des médecins et personnels soignants voler au secours de plus de 38 pays à travers le monde [FR].

Malgré la maîtrise de l’actuel président américain du blocus, – pour avoir été vice-président aux côtés de Barack Obama en 2012, quand les Etats-Unis ont procédé à l’assouplissements des mesures contre Cuba et la normalisation des relations avec l’île en 2014-2015, il a également assisté à l’endurcissement des mesures par Donald Trump depuis 2016, – se montre très réservé sur la question depuis son investiture en janvier 2021 et n’affirme pas de positions claires sur la situation à Cuba malgré la pandémie. On rappelle que Joe Biden a promis durant sa campagne de revenir sur les mesures de restriction de voyages et des transferts d’argent vers l’île adoptées par Donald Trump. On comprendrait alors que la politique américaine est largement déchirée par rapport à l’élimination du blocus contre Cuba, ce qui rend cette décision très difficile à appliquer par le Président Américain tout seul. Bien que Joe Biden soit un élu démocrate, il appert que plusieurs autres élus démocrates aux législatives s’opposent à l’ouverture vers Cuba, alors qu’il y aurait d’autres élus républicains qui souhaiteraient la reprise des rapports avec l’île.

Cuba a donc entamé des campagnes de dénonciation du  renforcement de l’embargo américain malgré la pandémie [FR] de Covid-19.

« Le gouvernement des Etats-Unis a renforcé de façon extrême et sans précédent l’embargo contre Cuba, en profitant des terribles conditions de la pandémie de Covid-19 », a affirmé le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

La peuple cubain a aussi entamé de nombreuses activités afin d’attirer l’attention du gouvernement américain, en particulier de l’administration de Joe Biden, ainsi que l’opinion publique internationale, avec bien entendu l’appui de la société cubaine dans le pays, les cubains vivant dans la diaspora à travers le monde. Une lettre ouverte [FR] a été adressée au président Biden en février 2021 signée par une centaine de cubains pour demander la levée de l’embargo. Cette lettre paraphée par des artistes, des entrepreneurs et des universitaires a su obtenir l’appui de plus d’une centaine d’internautes qui la multipliait sur les réseaux sociaux.

D’autres mouvements ont été engagés sur les réseaux sociaux. Le journaliste activiste Carlos Lazo fait quotidiennement des publications sur sa page Facebook afin de sensibiliser les cubains sur la problématique et inviter le peuple américain à se joindre au mouvement pour forcer le gouvernement américain à lever l’embargo.

Ce journaliste activiste, professeur de langue a aussi adressé une lettre au Président Biden [FR] pour lui demander, en tant que fils de Cuba et ancien soldat américain qui a fait la guerre en Irak en 2004, de briser ces murs qui séparent les deux peuples pour construire des ponts. Des ponts d’amour !

« Ma vie, comme celle de tant de Cubano-Américains et d’immigrants, tourne autour et se nourrit de la terre où je suis né et celle où j’ai été accueilli en tant que fils. Il n’y a pas de contradiction à avoir deux pays et à vouloir le meilleur pour les deux. « 

D’un autre côté, le journaliste activiste Manuel Tejeda, a contribué à la création le 28 février 2021 de la Coalition No Embargo Cuba (NECC – No Embargo Cuba Coalition) et le groupe Faceb00k No Embargo Cuba, devenu aujourd’hui NEMO – No embargo Cuba Movement. Ce groupe ouvert au grand public, a pour but de permettre aux cubains du monde entier et autres citoyens sensibles et touchés par la situation à Cuba de s’exprimer sur la question et exiger du gouvernement américain la levée de l’embargo. Ce groupe a atteint en un temps record plus de 20 milles membres, et des messages venaient du monde entier et de personnes de toutes nationalités pour exprimer leur appui au peuple cubain.

Selon Manuel Tejeda, ce groupe a été créé pour accueillir 10 milles membres, mais a rapidement franchi la barre des 14 milles. Aujourd’hui, le groupe compte plus de 73 milles membres et publie des dizaines de messages de sympathie par jour.

La participation à ce groupe voulait que tout citoyen cubain ou autres nationalités puissent poster sa photo avec un message type : «  M. Biden, suspendez le blocus à Cuba». Ces actions ont vite été transformées en une grande campagne et de solidarité avec le peuple cubain, grâces aux efforts combien efficaces du mouvement #PuentesDeAmor, las Caravanas Por la Familia Cubana, ainsi que de nombreux autres mouvements entrepris afin de venir à bout de ce blocus économique.

Suite aux résultats plutôt inattendus obtenus par les mobilisations enclenchées sur Facebook, les initiateurs ont alors décidé de lancer la plateforme en ligne en deux langues NoEmbargoCuba.com [EN]  et NoBloqueoCuba.com [ES] sur lequel sont postes des messages, des photos et reportage des différentes activités réalisées dans le cadre de la lutte contre l’embargo.

Des actions ont aussi été entreprises par plusieurs citoyens et groupes organisés pour apporter leur appui au peuple cubain. Ainsi, la campagne contre l’embargo a pris chair. Des caravanes [ES] ont été organisées un peu partout aux Etats-Unis, en particulier à Miami où des citoyens cubains avec l’appui d’un YouTuber Jorge Medina alias El Protestón Cubano, ont commencé à gagner les rues à bord de bicyclettes. Ils se sont fait rejoindre quelques temps plus tard par des voitures munies de drapeaux américains et cubains, et des messages pour dire non à l’embargo. Ce mouvement est inspiré de Carlos Lazo, qui a entrepris un voyage à bicyclette de Seattle à Washington pour demander de fin à l’embargo et de construire des ponts d’amour.

Le mouvement avec les bicyclettes a pris de l’ampleur. En effet, le dimanche 28 février 2021, plus d’une centaine de bicyclettes et d’automobiles ont défilé dans les rues de Miami. Ce mouvement qui a commencé depuis quelques mois et qui s’organise chaque dernier dimanche du mois, est passé de seulement onze bicyclettes de juillet dernier pour plus d’une centaine en février.

La caravane a aussi gagné la Russie. En effet, le 27 mars 2021, le Mouvement Social russe Venceremos a manifesté son rejet contre l’embargo à cuba devant l’Ambassade des Etats-Unis dans la ville de Moscou selon ce que rapporte Prensa Latina [ES]. Ce mouvement fait partie des nombreuses initiatives de solidarité internationale au peuple cubain.

Joseph LEANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

ECONOMIE | L’Espagne sera la seule économie de l’UE qui n’aura pas retrouvé en 2022 son PIB d’avant la pandémie

En fait, selon les estimations de l'exécutif communautaire, l'Espagne sera le seul pays de…