Les troupes britanniques se préparent à combattre en Europe pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le nouveau chef de l’armée britannique prépare les troupes à une mobilisation rapide vers l’Europe de l’Est. Il a déclaré qu’il était vital qu’eux-mêmes et leurs alliés soient « capables de battre la Russie « .

Le général Sir Patrick Sanders a lancé un « cri de guerre » à tous les grades, ainsi qu’aux fonctionnaires, sous la forme d’un mémorandum, arguant que le conflit en Ukraine renforçait l’objectif principal de l’armée d' »être prêt à combattre et à gagner des guerres sur terre ».

De hauts responsables militaires ont déclaré que l’intervention, jeudi dernier au cours de sa première semaine au pouvoir, a rappelé au gouvernement d’investir dans la capacité au sol. L’année dernière, Boris Johnson a déclaré que « le vieux concept de mener de grandes batailles de chars sur la masse continentale européenne est révolu ».

réductions budgétaires
Les propos du chef de l’armée britannique visent à renforcer les forces terrestres, qui se réduisent chaque année dans le royaume.

Même avec une guerre en Ukraine, la taille de l’armée britannique se réduit à sa plus petite taille depuis les guerres napoléoniennes.

Sanders a précisé, dans sa note, qu’il était le premier chef d’état-major général depuis 1941 à « prendre le commandement de l’armée, à l’ombre d’une guerre terrestre en Europe, impliquant une grande puissance continentale ».

Il a évoqué « une future escalade du conflit ». Il a déclaré qu’il y avait « un impératif brûlant de construire une armée capable de combattre aux côtés de nos alliés et de vaincre la Russie au combat ».

« Nous devons maintenant accélérer la mobilisation et la modernisation de l’armée pour renforcer l’OTAN et empêcher la Russie d’occuper davantage de régions d’Europe », a écrit Sanders, 56 ans, qui était auparavant chef du commandement stratégique.

Lord Dannatt, l’ancien chef d’état-major de la défense, a déclaré que Sanders « avait raison de pousser un cri de guerre ».

La menace russe
Tobias Ellwood, député, président conservateur du comité restreint de la défense et ancien officier vétéran de l’Afghanistan, a déclaré: «Le sou tombe. La menace russe est réelle et existentielle. Le général Sanders a raison. »

Le gouvernement a souligné que l’OTAN était « une alliance fondamentalement défensive ». Une porte-parole a déclaré: « Bien sûr, nous travaillons en étroite collaboration avec nos alliés pour dissuader de nouvelles agressions et continuer à soutenir la résistance courageuse en Ukraine. »

L’armée se réduit à 73 000 hommes, son plus bas niveau depuis l’époque napoléonienne, bien que les dépenses de défense aient augmenté en termes réels depuis 2016.

En 2021, il comptait 82 840 hommes, plus 3 960 ghurkhas et 29 740 réservistes. Il a participé activement aux deux guerres mondiales. Depuis lors, il a été considérablement réduit.Il a participé à la guerre du Golfe, en Yougoslavie, aux Malouines et en Irlande du Nord. Il était récemment en Afghanistan et dans la deuxième guerre en Irak.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

INTERNATIONAL | L’armée américaine est déployée dans bien plus de pays qu’on ne le croit

les forces armées américaines ont été engagées dans des hostilités non autorisées dans bea…