Les auteurs caribéens ont désormais la possibilité de convertir leurs œuvres littéraires à l’audio afin d’atteindre un public plus large et plus varié, grâce à la plateforme numérique « Une Voix… Une Histoire », la première maison d’éditions de livres audio conçue en 2016 par la psychologue en éducation, la guadeloupéenne Manick Siar-Titeca, et officiellement lancé et mis à disposition des auteurs caribéens en 2020. Des auteurs de romans, nouvelles, poésies, essais et contes, qui produisent en français, créole ou anglais dans les pays comme la Martinique, Haïti, la Guadeloupe la Guyane et la Réunion peuvent enfin créer un réel cadre de promotion pour la profondeur et la richesse de la littérature caribéenne.

Inspirée d’une étude menée en 2016 sur les territoires d’outre-mer dans une analyse des rapports des populations avec les livres, et aussi sur les habitudes de lecture et les connaissances sur les auteurs, la directrice de cette plateforme a ainsi découvert qu’une bonne partie de la population ultramarine ne jouit pas du privilège de profiter pleinement des œuvres littéraires qui souvent hébergent l’âme même de la culture et des valeurs antillaises. Cette population est gardée à l’écart des livres au cœur d’un vaste marché de la littérature malheureusement limité à la lecture, ce marché qui du même coup contribue au renforcement de l’exclusion et le manque de participation de certaines catégories de personnes aux activités littéraires.

A travers cette étude, Manick Siar-Titeca a donc vu la nécessité urgente de faire des contenus de la littérature un produit beaucoup plus accessible et inclusif à travers les livres audio, un outil de cohésion sociale et d’accessibilité à tous aux œuvres littéraires caribéennes, une alternative efficace pour lutter contre l’exclusion [littéraire] qui touche plus spécifiquement les personnes en situation de handicap, celles frappées d’illettrisme de dyslexie, de cécité ou de vieillesse.

Seulement dans la Caraïbes, environ 30% de la population n’a pas accès aux livres à cause de l’illettrisme. Beaucoup de ces personnes évoluent dans l’ombre et l’ignorance parfaite du privilège de connaître ou de découvrir les œuvres d’Aimé Césaire, de Frantz Fanon ou de Dany Laferrière. Haïti par exemple avoisine les 100 mille non-voyants, soit, 1% de la population, selon le coordonnateur de la Société Haïtienne d’Aide Aux Aveugles (SHAA), Dr Michel Péan, des personnes atteintes de cécité partielle ou totale, dans ce pays qui accuse un taux d’illettrisme de plus de 80% en 2019 d’après l’UNESCO.

« C’est pour ça que je parle souvent des personnes en situation d’illettrisme… » confie Manick Siar-Titeca dans une interview.

«je me dis qu’à un moment, qu’est-ce qu’on fait pour eux ? A quel moment on leur rend accessible cette littérature ?»

Puis continue pour ajouter

« Et pouvoir être avec d’autres personnes et échanger sur le même livre sans l’avoir eu en main, c’est appartenir à la société. C’est de l’inclusion totale, et c’est ça qui m’intéresse, c’est l’inclusion, pas de l’exclusion… »

« Une Voix… Une Histoire » crée en effet un nouveau marché aux auteurs caribéens. Un marché non seulement ouvert aux couches les plus exclues et les plus vulnérables de la société, mais aussi vers une catégorie plus moderne, tournée vers la technologie. Le livre audio s’inscrit dans une parfaite ergonomie dans des lieux publics, tels que les parcs, les gares et même dans le transport en commun avec seulement un écouteur. C’est une autre dimension sociale qui permet qu’en groupe ou en famille, il devient désormais possible de partager le plaisir de lire un livre.

Le livre audio est aussi un moyen efficace pour aider les jeunes à découvrir des contenus, des auteurs et des genres littéraires qui les intéressent et qui réveillerait leur goût pour la lecture. La psychologue a aussi remarqué que les enfants s’intéressent moins à la lecture. Certains se plaignent de ne pas avoir à leur disposition des livres qui leur parlent, qui leur ressemblent, à travers lesquels ils s’identifient. Des livres vraiment trop éloignés de leur réalité. D’autre part, certains autres adoptent un comportement influencé par une complexe genré, où les garçons entre 12 et 21 ans croient que lire c’est pour les filles.

Ce projet non seulement dédié aux lecteurs et aux auteurs, les maisons d’éditions sont aussi invitées à rejoindre l’aventure. Il leur est offert la possibilité de mettre en audio-book des ouvrages de leurs catalogues. La plateforme travaille déjà avec des maisons d’éditions locales telles Editions Jasor, Neg Mawon, Zaboka, etc. et aussi l’Harmattan, le Seuil, des maisons d’éditions de France Hexagonale qui se sont embarquées dans le projet, qui reste toujours désireux d’accueillir d’autres partenaires.

Joseph LEANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | Poursuite des procès de meurtre des journalistes Jamal Khashoggi et Musa Anter

Au cours des deux dernières audiences, le tribunal a rejeté les demandes de la fiancée de …