La scientifique cubaine María Guadalupe Guzmán Tirado, l’une des cinq lauréates de l’édition 2022 du Prix international « L’Oréal-Unesco, Femmes et Science », dont le montant s’élève à 100 000 euros, a été honorée d’un énorme panneau d’affichage à l’aéroport international de Paris « Charles de Gaulle » (CDG).

Guzmán Tirado, docteure en sciences et directrice du Centre de recherche, de diagnostic et de référence de l’Institut de médecine tropicale Pedro Kourí (IPK), a été reconnue pour ses recherches sur la pathogenèse de la dengue, le traitement de ses symptômes et sa prévention, selon ce que l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a déclaré dans un communiqué publié en octobre 2021, dans lequel elle a annoncé les lauréates de l’édition 2022 du prix.

« Immense et tout en couleur, l’affiche de la Dre Guadalupe Guzmán de Cuba, Prix International UNESCO-L’ORÉAL, à l’aéroport de Paris, CDG. La première femme caribéenne à remporter cet important Lauro », a déclaré Yahima Esquivel, ambassadrice de Cuba auprès de l’UNESCO, sur Facebook, qui a accompagné sa publication de plusieurs photos et précisé que la cérémonie de remise des prix aura lieu en juin.

María Guadalupe Guzmán Tirado est présidente de la Société cubaine de microbiologie et de parasitologie ; directrice du Centre collaborateur OPS/OMS pour l’étude de la dengue et de son contrôle; Universitaire du mérite de l’Académie des sciences de Cuba, de l’Académie mondiale des sciences et de l’Organisation des femmes scientifiques pour le monde en développement.

Elle est également l’auteure de plus de 300 articles scientifiques et publications courtes, dont deux hypothèses, sept brevets et 20 chapitres de livre.

Elle est également chercheuse principale dans plus de 70 projets nationaux et internationaux et professeure titulaire avec plus de 130 cours à Cuba, aux États-Unis, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Elle a été admise dans le nouveau groupe consultatif scientifique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur l’origine des nouveaux agents pathogènes et, avec 25 experts, a pour mission de continuer à étudier comment le SRAS-CoV-2, qui a causé le COVID-19 a surgi.

Depuis la création du programme Femmes et Sciences en 1998, 122 femmes scientifiques et plus de 3 800 jeunes talents ont été récompensés dans plus de 110 pays pour leur contribution aux sciences de la vie et à l’environnement.

Dans cette édition, outre María Guadalupe Guzmán Tirado, ont aussi reçu la distinction, la biochimiste américaine Katalin Kariko (Amérique du Nord), l’experte chinoise en neurosciences Hailan Hu (Asie-Pacifique), la professeure rwandaise Agnès Binagwaho (Afrique et États arabes) et la spécialiste espagnole en embryologie María Ángela Nieto (Europe).

[ES] CIBERCUBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SOCIETE | Existe-t-il un gène qui rend criminel?

Naît-on criminel à cause de gènes ou le devient-on en raison des circonstances et de son e…