Il arrive souvent qu’on hésite à se lancer dans l’aventure d’apprendre quelque chose par soi-même bien qu’on en ait envie, par exemple, apprendre à jouer d’un instrument de musique, pratiquer une certaine activité physique (natation, danse, etc.), ou un domaine de connaissances spécifique ou à des connaissances pratiques telles que la cuisine ou la menuiserie.

Beaucoup de gens ressentent ce penchant pour l’auto-apprentissage, mais presque personne n’arrive à se lancer réellement, dans une large mesure, parce que notre éducation nous apprend à «attendre» quelqu’un d’autre pour nous guider, nous fournir des connaissances, reconnaître nos réalisations et, en bref, quelqu’un qui soit toujours là pour prendre soin de la manière dont notre développement évolue.

Cependant, le moment vient où si nous voulons grandir, le seul moyen d’y parvenir est de chercher ce développement par nous-mêmes avec autonomie, comme Apollon quand il a découvert les arts de la médecine et de la divination selon Platon dans Le Banquet, guidé seulement par l’amour et le désir.

Si vous êtes curieux d’apprendre par vous-même et de devenir autodidacte, voilà quelques points qui peuvent vous être utiles.

Vous découvrez le potentiel du plaisir comme motif de volonté

Dans la formation de l’être humain, il a été historiquement fréquent que la peur, la punition, la culpabilité et d’autres éléments connexes soient utilisés pour l’amener à accomplir certaines réalisations. Malheureusement, l’apprentissage n’est pas exempt de ce mécanisme. Tacitement, l’école tend à favoriser un environnement où la peur d’échouer et d’être considéré comme peu intelligent ou incapable, enivre la curiosité innée des enfants et des adolescents.

Mais que se passe-t-il si au lieu de la peur, ce sont des émotions comme le goût, le plaisir ou encore l’amour qui vous ont amenés à découvrir et à explorer un sujet? N’arriverait-il pas, peut-être, que vous appreniez avec plus d’enthousiasme? Peut-être même, comme pour d’autres activités que vous faites pour le seul plaisir de les faire, vous ne remarqueriez pas le temps passer ou les changements autour de vous, sans même ressentir la faim ou l’ennuie, en étant capables de vous concentrer sur ce que vous faites tellement le plaisir est intense.

Il est fort probable que vous ayez déjà vécu cette expérience. Dans l’enfance, il est extrêmement courant que les enfants s’engagent sans trop grandes complications ni peur de ce qu’ils veulent entreprendre. Pourquoi ne pas penser qu’il est possible de réorienter la conscience et la volonté en ce sens, pour apprendre quelque chose que l’on aime?

En apprenant, vous apprendrez également sur vous-même

Un autre avantage de l’autodidaxie est la connaissance de soi qui s’acquiert en s’engageant dans une discipline pour l’amour et le plaisir. Quand on peut se libérer de la pression sociale qui implique le respect des délais, des obligations, des devoirs, etc., d’une certaine manière la conscience est libre non seulement d’apprendre, mais aussi de se regarder.

Nous découvrons alors à quel point nous comprenons facilement ou difficilement certains sujets, à quel point notre corps est prêt à entreprendre certaines choses, quels chemins notre esprit suit pour générer des connaissances, quelles émotions interfèrent avec notre processus d’apprentissage (le désir de se démarquer ou de plaire à quelqu’un, la peur de l’échec, la honte de ne pas savoir, etc.).

De cette manière, vous pouvez réaliser une qualité de l’être humain qui dans l’éducation moderne est souvent délibérément ignorée: l’unicité. Tout le monde n’apprend pas au même rythme ou de la même manière, mais l’école, dans son besoin de normalisation, ignore ces différences.

Élargissez vos horizons

Lorsque vous étudies sous la direction d’une autorité, vous apprenez seulement ce que l’autorité vous montre. Les programmes, la position idéologique d’une école, le type d’enseignement promu par un gouvernement national, la formation même de l’enseignant: tout cela fait aussi partie de l’éducation institutionnalisée et, par conséquent, de l’environnement dans lequel une école est formée. En ce sens, l’éducation reçue est limitée par définition.

Mais lorsque vous apprenez par vous-même, les limites existent toujours, mais d’une certaine manière, c’est le processus lui-même qui les signale, ainsi que votre curiosité et l’effort que vous consacrez à l’apprentissage.

Considérez les gens généralement admirés pour leur talent, leur créativité et même leur génie. Quel que soit le domaine auquel ils appartiennent, vous découvrirez que dans tous les cas ils ont une caractéristique en commun: ils ont eu l’initiative d’étudier quelque chose uniquement par désir et intérêt, sans s’attendre à ce que ce soit utile ou que quelqu’un d’autre le permette. C’est ainsi que Steve Jobs est arrivé à un cours de calligraphie à Stanford, par exemple, ou comment Chuck Jones a acquis un sens de l’humour si particulier qu’il l’a amené à mélanger les dessins animés avec la musique classique.

La connaissance n’a pas de frontières en soi. Dans une certaine mesure, c’est un domaine ouvert à l’exploration et à la découverte.

Être autodidacte peut faire de vous une personne compatissante

Avec son système de concurrence, de rivalité et de spécialisation, il est relativement courant que le système éducatif moderne génère des personnes qui croient que leur valeur humaine réside uniquement dans leurs réalisations académiques et, pour cette raison, vivent dans la peur de les perdre ou que le reste du monde ne les reconnaîtra pas, puisqu’ils croient, à tort, que sans lui, ils ne sont rien.

En effet, l’auto-apprentissage peut conduire de manière inattendue à une manière plus compatissante d’acquérir des connaissances. Lorsque vous apprenez par plaisir et par curiosité, et non par demande inconsciente de plaire aux autres, il est possible de diluer ce besoin de passer sur les autres, le désir de se montrer supérieur ou la fausse idée que vous en savez plus que quiconque sur un certain sujet.

Apprendre par vous-même vous fait également voir que la connaissance est par essence incommensurable et que peu importe l’effort que vous consacrez à étudier, enquêter, observer, etc., il y aura toujours quelque chose (ou beaucoup de choses) que vous ignorez.

L’autodidaxie peut vous rendre autonome

Ce n’est un secret pour personne que l’école est une institution sociale fédératrice. Des horaires à la façon de s’habiller et, bien sûr, les connaissances transmises, tout est déjà défini au préalable et dans de nombreux cas il s’agit de pratiques qui ne sont même pas récentes, mais leur application remonte à plusieurs décennies, voire des siècles.

En revanche, devenir autodidacte vous permet de faire l’expérience subjective de la liberté. Peut-être au début cela peut sembler difficile, car l’être humain est habitué à la formation qu’il reçoit pour être guidé et, en ce sens, prendre la place du conducteur peut être déroutant. Mais cela fait également partie de la liberté d’apprendre et, en général, de la liberté elle-même.

Kant a écrit que l’être humain atteint l’âge authentique de la majorité quand il ose utiliser sa propre compréhension, sans enseignants, sans prêtres ou sans dirigeants qui dictent ce qu’il faut penser ou quoi faire, mais seulement par lui-même, conscient des décisions qu’il prend et les chemins qu’il choisit de suivre.

Jusqu’à présent, les raisons que nous pouvons présenter pour devenir autodidacte, nous partageons ici trois astuces qui sont plutôt orientées vers la racine des obstacles qui peuvent être rencontrés dans ce processus. Au-delà de vous recommander d’acheter un agenda ou de transformer un coin de votre maison en votre «espace personnel», nous considérons que la véritable essence de l’effort autodidacte réside dans d’autres aspects, plus profonds et plus importants. Vous pouvez avoir la pièce plus lumineuse, boire du thé vert tous les matins et être inspiré par la musique de Bach tout en restant distrait, tergiversé, frustré, etc. Par conséquent, nous nous permettons de faire des suggestions d’un autre ordre.

 Il redéfinie la notion de discipline …

L’idée de «discipline» a des connotations négatives que nous avons d’ailleurs soulignées de manière tangentielle dans ce texte. Normaliser, punir: tout cela à l’école, fait partie de la discipline dont elle a besoin pour fonctionner.

Être autodidacte nécessite une sorte de «résignation» de ce concept. Autrement dit, pour le comprendre différemment, car comme de nombreux penseurs, artistes, écrivains et autres personnes célèbres de tous les temps l’ont souligné, étudier, rechercher, pratiquer et, en bref, la maîtrise d’un sujet, reposent invariablement sur la capacité à se consacrer entièrement et méthodiquement à l’activité. Vous pouvez aussi explorer d’autres notions telles que la persévérance, la constance ou la persistance.

Et aussi, l’idée de frustration

Dans un sens similaire au point précédent, l’auto-apprentissage nécessite également un travail sur l’idée habituelle que vous avez de la frustration, qui accompagne presque toujours les efforts avec lesquels vous entreprenez un nouveau projet.

Généralement, lorsque vous commencez quelque chose, vous avez tendance à regarder loin, vous vous fixez des objectifs et peut-être, comme la laitière dans la fable, vous chérissez trop tôt les triomphes et les reconnaissances qui n’existent pas encore.

Cependant, dans la réalité quotidienne de ce que vous faites, vous vous rendez compte que peut-être les choses ne sont pas aussi simples que vous le pensiez: apprendre est difficile pour vous, il y a des choses que vous ne comprenez pas, le temps ne semble pas vous atteindre, votre humeur n’est pas la meilleure tous les jours, etc. Et puis vous vous découragez, vous perdez tout intérêt et vous abandonnez votre projet.

Pourquoi cela arrive-t-il? En partie parce que, comme l’a souligné Simone Weil, en faisant les choses parce que nous cherchons un but ultérieur, nous faisons en sorte que notre effort devienne dépendant de cet objectif: par conséquent, en le ratant (c’est-à-dire en sentant que nous ne l’atteignons pas), nous considérons nos efforts inutiles.

Selon Weil, il serait préférable de lutter pour l’effort lui-même : lire pour le plaisir de lire, par exemple, pratiquer un instrument de musique juste pour le plaisir qu’on y trouve, et de même avec un sport ou une autre activité. Nous ne voulons pas dire que vous n’avez pas d’ambitions mais que vous ne permettez pas à ces ambitions de vous aveugler, encore moins, ils vous privent du plaisir d’apprendre.

Partagez ce que vous apprenez

Historiquement, l’apprentissage a connu deux grands aspects: celui de ceux qui apprennent et accumulent ce qu’ils ont appris et, d’autre part, celui de ceux qui apprennent et cherchent un moyen de concrétiser les connaissances acquises. Le premier cas est généralement celui des savants qui, comme le docteur Faust, vivent enfermés entre des folios et des astrolabes mais en savent peu sur la vie dans le monde; la connaissance devient alors une matière inerte et ennuyeuse.

Cependant, la voie naturelle de la connaissance est la socialisation. Ce fut une étape décisive dans la survie et l’évolution l’espèce humaine: lorsque nos ancêtres ont découvert comment transmettre aux générations ce qu’ils avaient appris sur le monde, nous avons fait un saut qualitatif par rapport aux autres animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

MONDE | Le Prince Philip, spécialiste en blagues parfois de mauvais goût

Le prince Philip, décédé vendredi à l'âge de 99 ans, reste irrémédiablement associé aux bl…