Caribe Tours, l’une des deux compagnies qui offrent des services de transport de passagers entre la République Dominicaine et Haïti a décidé de suspendre ses opérations en raison de l’insécurité dans ce pays, où un bus en provenance de Saint-Domingue a été détourné dimanche dernier à Port-au-Prince.

« Caribe Tours a suspendu les voyages pour le moment vers Haïti (…) nous avons tenu une réunion avec le DNI (Direction Nationale des Investigations) et ils sont en train de faire le point afin d’obtenir un accompagnement de la Police haïtienne », a déclaré Paúl Guerrero, le vice-président exécutif de cette compagnie à Efe ce vendredi.

Il a assuré que des pourparlers sont en cours entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, auxquels participent également l’ambassade dominicaine en Haïti et la légation haïtienne en République Dominicaine.

« Nous aurons une réunion avec les autorités dominicaines la semaine prochaine pour prendre une décision », a ajouté le responsable, qui a profité de rappeler qu’hier la police haïtienne a empêché le détournement d’un bus appartenant à une compagnie de ce pays.

La compagnie Caribe Tours effectuait quatre voyages quotidiens de Saint-Domingue à Port-au-Prince et un de la capitale dominicaine à Cap-Haïtien (nord, deuxième ville d’Haïti).

Dimanche dernier, un bus Metro, l’autre compagnie qui assure le trajet de la République Dominicaine vers Haïti, a été détourné dans la commune de la Croix-des-Bouquets, non loin de Port-au-Prince.

Huit citoyens turcs, huit haïtiens et le chauffeur dominicain voyageaient à bord du véhicule. La Police nationale haïtienne a assuré que le groupe avait été enlevé par le gang armé 400 Mawozo, l’un des plus puissants parmi les nombreux gangs de ce pays.

Dans cette même zone, le diplomate dominicain Carlos Guillén Tatis a été enlevé le 28 avril, qui est resté en captivité pendant quatre jours avant d’être libéré.

La République dominicaine a annoncé hier qu’elle ne négociait pas avec les « terroristes » et qu’elle ne paierait « en aucun cas » la rançon d’aucun de ses citoyens enlevés en Haïti. Cela a été relaté lors d’une conférence de presse par le vice-ministre des affaires consulaires et de l’immigration, Jetzel Román, qui a annoncé que des « progrès » avaient été réalisés concernant la situation du chauffeur dominicain, mais que toutes les informations disponibles ne pouvaient pas être révélées afin de protéger la victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

INTERNATIONAL | L’armée américaine est déployée dans bien plus de pays qu’on ne le croit

les forces armées américaines ont été engagées dans des hostilités non autorisées dans bea…