Dans la région autonome kurde d’Irak, on assiste à une recrudescence des violences masculines et des féminicides. Dans ces conditions, certaines femmes choisissent le suicide comme ultime « échappatoire ».

Les militantes ont déclaré qu’elles s’inquiétaient de l’augmentation des féminicides au Kurdistan du Sud et ont souligné que les femmes se tournent vers le suicide pour échapper à la violence car ces meurtres sont devenus quotidiens en raison du système patriarcal.

Selon les chiffres recueillis par les organisations de défense des droits des femmes et les organisations de lutte contre les violences faites aux femmes, le taux de toutes sortes de violences faites aux femmes telles que les meurtres et les suicides est en augmentation. S’adressant à ANF, les militantes ont attiré l’attention sur les raisons juridiques et sociales de l’augmentation de la violence contre les femmes et des suicides.

Jiyan Hemîd, directrice de la section de Kirkouk de l’Union des femmes, a déclaré qu’il existe de nombreuses raisons à l’augmentation de la violence à l’égard des femmes. Elle a déclaré qu’on assiste à des suicides de femmes tous les jours.

Manque de foyers pour femmes 

Hemîd a déclaré que les femmes réagissent contre la violence généralisée et a ajouté : « Les femmes avaient honte d’aller dans les associations et institutions féminines dans le passé, mais maintenant elles sont conscientes et prennent position contre cette situation ».

Hemîd a déclaré que le manque de maisons sûres pour les femmes est un gros problème, car elles ne peuvent pas les protéger de manière adéquate. « Des femmes qui ont été abusées, des filles de 14-15 ans nous contactent pour éviter d’être mariées de force. Elles veulent rester avec nous, mais malheureusement, nous n’avons pas d’endroits comme les refuges pour femmes. Parfois, j’entends dire que la personne qui a subi des violences s’est suicidée une semaine plus tard. Le manque de foyers pour femmes signifie que nous ne pouvons pas les défendre suffisamment. »

Les lois actuelles protègent les hommes, pas les femmes

Attirant l’attention sur l’absence de loi protégeant les droits des femmes, Jiyan Hemîd a déclaré : « Alors que la violence contre les femmes continue d’augmenter, les divorces ont augmenté. La raison en est qu’il n’existe aucune loi protégeant les droits des femmes. Lorsque les femmes veulent se séparer de leurs maris, nous ne les encourageons pas à divorcer, mais il vaut mieux divorcer que se suicider. Lorsque les femmes veulent divorcer, la loi ne leur donne aucun droit. Lorsqu’une affaire est portée devant les tribunaux, les droits des femmes ne sont pas protégés autant que possible. droits des hommes. L’effet du système patriarcal sur les tribunaux est clair. »

Suicide plutôt que violence constante

Kurdistan Xalid, responsable du département social de la branche de Kirkouk de l’Union des femmes, a souligné qu’en dépit des efforts visant à réduire la violence à l’égard des femmes, la violence, les féminicides et les suicides de femmes ont augmenté. Notant qu’aucune femme ne voudrait se suicider, mais que beaucoup sont poussées au suicide en raison de l’augmentation de la violence, Kurdistan Xalid a déclaré : « Les femmes se plaignent lorsqu’elles sont exposées à la violence domestique. Mais la loi actuelle n’est pas dans l’intérêt des femmes. . En fait, cela donne plus de soutien aux hommes. En raison de l’absence d’une loi qui protège les droits des femmes, les femmes sont poussées au suicide. L’absence de refuges est un gros problème pour les organisations de femmes, car cela fait que les femmes n’ont nulle part où aller et se sentent en sécurité, ils ne peuvent pas rester dans les postes de police à cause de l’oppression. »

Les auteurs des féminicides écopent de peines légères

Dilvan Ekrem Mehmud, responsable de la branche de Kirkouk du Mouvement des femmes libres du Kurdistan (RJAK), a déclaré: « En ce moment, les taux de violence contre les femmes, de féminicides et de suicides dans la société ont considérablement augmenté. Il a tellement augmenté que c’est devenu un événement quotidien. . La raison en est la propagation de la conscience patriarcale dans la société. De plus, il n’y a pas de prise de conscience dans la société pour prendre position contre la violence à l’égard des femmes. À cela, il faut ajouter que la propagation incontrôlée des armes est un autre facteur affectant l’augmentation de la violence.

Les lois ne protègent pas les femmes. Lorsque des femmes sont assassinées ou exposées à la violence, les auteurs reçoivent une peine légère ou résolvent les problèmes dans le cadre de la tribu. De cette façon, les tueurs sont libérés des sanctions légales et judiciaires. En tant qu’organisations de femmes, nous menons un travail pour sensibiliser les femmes à la résolution et à la réduction de la violence, et pour permettre aux femmes de travailler dans tous les domaines de la vie. Les femmes ne doivent pas se considérer comme des servantes de la maison. C’est vraiment important. »

Mauvaise influence des séries télévisées turques

Soulignant que les séries télévisées turques doublées en kurde donnent un mauvais exemple, Dilvan Ekrem Mehmûd a déclaré : « Les séries télévisées turques sont doublées dans notre langue, la violence domestique et la violence sont présentent dans ces séries télévisées [alors même qu’on fait croire que la Turquie est un pays plus moderne que la société kurde est considérée comme patriarcale et conservatrice]. » Elle a demandé aux femmes à s’éduquer sur la santé des enfants et de prêter attention à leurs enfants dans l’utilisation des médias numériques. 

KAUF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

CUBA | Transport à La Havane : Le temps de la voiture électrique ?

Le développement des véhicules 100 % électriques s'est accéléré dans le pays ces dernières…