L’inégalité entre les sexes glorifie généralement une supériorité masculine dans les rapports hommes/femmes, cependant, face à certaines maladies, les deux sexes peuvent afficher des comportements différents, souvent surprenants suivant la prédisposition à valoriser les capacités de résistance du sexe masculin.

Le coronavirus en particulier, et d’autres infections respiratoires avant lui, ne frappe pas les hommes et les femmes de la même façon. Tenter de nier la prévalence genrée de la maladie est un potentiel obstacle à envisager des solutions et des approches plus ciblées en fonction des comportements typiques associés aux sexes.

Le coronavirus, serait-il plus fatal aux hommes qu’aux femmes ?

Alors que des chercheurs s’attèlent à trouver un remède pour combattre l’épidémie, d’autres s’intéressent à un aspect plus singulier de la situation. Le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a conclu après une étude que les femmes et les hommes ne seraient pas égaux face à la maladie, et qu’en fait, les hommes se révéleraient être le sexe faible.

Les constats révéleraient que la maladie exerce une capacité létale de 1,1% supérieure chez les hommes.

« C’est une tendance que nous avons constatée dans de nombreuses infections virales des voies respiratoires : l’évolution tend à être plus grave chez les patients de sexe masculin »

a expliqué au New York Times Sabra Klein, de l’Université Johns Hopkins, et qui s’intéresse aux différences entre les hommes et les femmes dans les réponses immunitaires aux virus.« Nous l’avons vu avec d’autres virus. Les femmes les combattent mieux! »

a-t-elle ajouté.

Outre la faiblesse immunitaire chez les hommes face au virus, les femmes jouissent d’un certain avantage comportemental qui expliquerait pourquoi elles seraient moins touchées par l’épidémie.

  • Les femmes sont naturellement plus enclines à respecter l’ordre et les principes établis : ce qui fait qu’elles soient moins rebelles face au confinement, le moyen le plus efficace, selon les autorités, pour empêcher la propagation de la maladie.
  • Les femmes se soucient mieux de leur état de santé : Quand les hommes s’inquiètent à cause de la dangerosité du coronavirus, cette situation n’est pas nouvelle du côté des femmes, car dans des situations plus régulières, elles ont déjà l’habitude de s’inquiéter d’un bouton sur la joue.
  • Les femmes sont plus sensibles aux réflexes hygiéniques : certaines habitudes quotidiennes mettraient les femmes en avant quand il s’agit des soins corporels. Les tâches et occupations habituelles des femmes font que se laver les mains régulièrement soit moins pénible que pour les hommes.

Par Joseph LÉANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

CUBA | Lada, Moskvich, Volga: des voitures soviétiques qui brillent dans les rues de Cuba

La première unité du cabriolet Zil, modèle 111, basée sur la Cadillac Fleetwood était un c…