Je me souviens quand j’étais plus jeune et que ma meilleure amie est partie à l’étranger retrouver sa famille, le seul moyen possible d’établir un contact avec elle, pour au moins savoir comment ça se passe pour elle dans sa nouvelle vie, était de passer la majeure partie de la journée dans une longue file d’attente depuis 4 ou 5 heures du matin, juste pour pouvoir écrire un email, que souvent je n’ai pas pu envoyer, car lorsque je me suis assise devant un ordinateur – qui avait déjà été utilisé par tant d’autres utilisateurs -, l’électricité a disparu comme par magie. C’est alors ainsi que se répète cette longue histoire éternelle.

Je n’avais pas Internet à la maison, tout comme je ne l’ai toujours pas aujourd’hui, à la seule différence, c’est qu’en cette année 2020, je dois presque travailler pour rester connectée sur les réseaux sociaux et rester en contact avec ma famille et les événements du monde.

Si à Cuba avoir Internet est un privilège, c’est tout aussi un problème, à cause des tarifs chez Cubacel (la seule compagnie du pays) et du responsable ETECSA (Empresa de Telecomunicaciones de Cuba SA), en raison bien sûr de divers facteurs: l’inadéquation entre le prix de l’Internet et les salaires des cubains.

Cuba ne produit pas de téléphones portables, par conséquent, ceux d’entre nous qui vivent dans le pays dépendent de ceux qui peuvent voyager dans d’autres pays du monde et apporter les appareils capables de nous fournir le plaisir de pouvoir «naviguer» sur Facebook, Instagram, YouTube et de consulter le compte de messagerie international, parce que Cuba n’est réputée  que pour être la plus grande des Antilles.

Au pire, un smartphone ou un iPhone peut vous coûter jusqu’au double de son prix sur le marché international. Il existe deux types de lignes USIM que nous, Cubains, utilisons, les 3G et 4G, cela détermine également la vitesse de la connexion, mais aussi par le téléphone que vous allez utiliser, car tous ne rendent pas la connexion dans les deux réseaux viable, et le second devient plus cher comme vous pouvez l’imaginer, bien que les prix indiqués par ETECSA peuvent vous convaincre qu’il vaut mieux que les forfaits des données 4G ou LTE.

Pour mieux comprendre, je partage avec vous les tarifs proposés par CUBACEL, ce qui appuie ce que j’ai avancé quand je traite de l’inadéquation entre les prix et les mégaoctets que nous achetons, sans toucher à la fine toile dont nous ne pouvons que recharger les offres spéciales depuis l’étranger, c’est-à-dire que le Cubain qui n’a pas de famille à l’étranger et vit de son salaire – la plupart ne dépassent pas 45 ou 50 dollars par mois – ne pourra jamais bénéficier des avantages de ces offres, mais ça c’est une autre histoire.

De notre correspondante à Cuba

Sofía Fernández Valdés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SYRIE | Assassinats en série à DEIR-EZ-ZOR

Au cours des 2 dernières semaines, un médecin, 2 civils, 2 membres de sécurité intérieure …