Dans le camp d’Al-Hol abritant des familles de l’Etat islamique (EI) tenu par les forces kurdes, 126 personnes ont été assassinées, dont un employé de Médecin Sans Frontière, depuis le début de l’année 2021. En effet, le camp al-Hol est sorti du contrôle où les femmes de l’EI font régner la loi islamique héritée de DAECH et quiconque ne s’y soumet pas le paye de sa vie. L’EI continue d’être organisé et actif dans le camp d’al-Hol. En un an, 126 personnes y ont été assassinées, il y a eu 41 tentatives d’assassinat, 13 tentes ont été incendiées. 

Le camp d’al-Hol, situé à environ 45 kilomètres de Hesekê, est le plus grand camp du nord et de l’est de la Syrie avec 57 460 habitants. Le camp abrite principalement des milliers de djihadistes de la milice terroriste de l’État islamique (EI) de nombreux pays différents. La plupart sont des femmes et des enfants. Le camp abrite 15 603 familles irakiennes et syriennes et 8 555 enfants étrangers d’environ 54 pays. De nombreux proches des djihadistes de l’EI continuent de vivre selon les règles de l’EI, réorganisent l’EI et tentent d’imposer l’idéologie de l’EI à tout le monde dans le camp. La réputation d’al-Hol en tant que nouvelle capitale de l’EI n’est pas un hasard. Les personnes qui ne suivent pas les règles de l’EI ou prennent leurs distances deviennent la cible d’assassinats. Ainsi, au moins 126 personnes ont été assassinées en l’espace d’un an. Par ailleurs, 41 tentatives de meurtre ont été enregistrées. La situation sécuritaire est difficile car l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie est laissée seule pour contrôler le camp. Les appels aux pays d’origine des membres de l’EI pour qu’ils les reprennent sont jusqu’à présent pour la plupart restés lettre morte.

« Les femmes de l’EI punissent les personnes qui ne respectent pas les règles de l’EI »

Dans le camp, les femmes de l’EI ont mis en place des milices qui tuent en particulier les femmes qui se détournent de l’EI. Dans le processus, un système judiciaire de l’EI a été mis en place, qui est responsable de nombreuses condamnations à mort. Malgré de nombreuses opérations des forces de sécurité intérieures, le camp reste dangereux. Meurtres et assassinats sont à l’ordre du jour. Le 28 mars, une «opération de sécurité humanitaire» à grande échelle a eu lieu à al-Hol. En moins de dix jours, le camp a été fouillé à fond. Comme de nombreux membres de l’EI n’ont pas donné leurs vrais détails, des échantillons d’ADN et des empreintes digitales ont été prélevés sur les détenus du camp. L’opération a abouti à la capture de 158 djihadistes de l’EI.

Malgré toutes les mesures de sécurité, les crimes dans le camp sont en augmentation. Cette année, un nouveau record de meurtres a été établi. Ces 126 meurtres ont été perpétrés à l’aide d’armes à feu, d’armes coupantes et poignardées, mais aussi par strangulation. Plus récemment, le 12 novembre, des djihadistes de l’EI cachés dans le camp ont attaqué la partie temporaire du camp et tué deux personnes.

41 tentatives d’assassinat

En outre, 41 tentatives d’assassinat ont été enregistrées. Deux d’entre eux ont réussi. De plus, 13 tentes ont été incendiées. Trois djihadistes de l’EI ont été tués dans des affrontements lors de l’opération de sécurité dans le camp. 27 tentatives d’évasion du camp ont été empêchées par les forces de sécurité.

« La sécurité à Hol est une responsabilité internationale »

Le 13 novembre, les forces de sécurité intérieure ont déclaré : « Nous travaillons dans la mesure de nos moyens pour assurer la sécurité de milliers de familles de l’EI de différentes nations au camp al-Hol. Toutes les puissances internationales doivent assumer la responsabilité de résoudre les problèmes. L’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie a publié la résolution 146 en octobre 2020, permettant aux personnes dont il n’est pas prouvé qu’elles ont commis un crime de quitter le camp. Jusqu’à présent, 48 groupes ont été libérés du camp. »

Les demandes d’aide restent sans réponse

En plus du danger posé par les membres de l’EI à Hol Camp, il y a également 19 000 djihadistes de l’EI dans les prisons sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS). Toutes les demandes internationales d’assistance de l’Administration autonome concernant cette situation sont jusqu’à présent restées sans réponse. Au camp al-Hol, une nouvelle génération de djihadistes de l’EI est endoctrinée sous les yeux de la communauté internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | « J’ai vu Garibe se faire assassiner »

La prisonnière politique kurde Garibe Gezer a été torturée et violée par les gardiens de l…