La crise de Gaza a un impact sans précédent sur les femmes et les filles, avec des pertes en vies humaines et des besoins humanitaires catastrophiques. Telle est la principale conclusion du rapport « Gender Alert : The Gendered Impact of the Crisis in Gaza » (Alerte au genre : l’impact de la crise à Gaza sur les femmes) publié par ONU Femmes.  

Au moins 24 620 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont environ 16 000 étaient des femmes ou des enfants. Le nombre de personnes tuées a triplé par rapport au total des 15 années précédentes combinées. Et le pourcentage démographique a évolué : on estime aujourd’hui qu’environ 70 % des personnes tuées à Gaza sont des femmes et des enfants, dont deux mères par heure tuées depuis le début de la crise. 

« Nous avons vu une fois de plus que les femmes et les enfants sont les premières victimes des conflits et que notre devoir de rechercher la paix est un devoir envers eux. Nous les décevons. Cet échec, et le traumatisme générationnel infligé au peuple palestinien au cours de ces 100 jours et plus, nous hanteront tous pour les générations à venir », a souligné Sima Bahous, directrice exécutive d’ONU Femmes, dans une déclaration publiée aujourd’hui.  

Gaza est fondamentalement une crise de protection pour les femmes. Sur les 1,9 million de personnes déplacées, près d’un million sont des femmes et des filles, qui cherchent refuge dans des conditions précaires, alors que personne n’est en sécurité à Gaza. Les décisions impossibles à prendre pour savoir s’il faut évacuer, comment et quand le faire, et où aller, sont entachées de craintes et d’expériences différentes selon le sexe, alors que des risques sexospécifiques, notamment des attaques et du harcèlement, se profilent le long des itinéraires de déplacement. 

ONU Femmes estime qu’au moins 3 000 femmes sont devenues veuves et chefs de famille, ayant un besoin urgent de protection et d’aide alimentaire, et qu’au moins 10 000 enfants ont perdu leur père. Dans ce contexte, de plus en plus de femmes craignent que les familles n’aient recours à des mécanismes de survie désespérés, notamment le mariage précoce. 

Les organisations dirigées par des femmes et les organisations de défense des droits des femmes continuent de fonctionner malgré l’escalade des hostilités – 83 % des organisations de femmes interrogées dans la bande de Gaza sont au moins partiellement opérationnelles, se concentrant principalement sur l’intervention d’urgence. Cependant, l’analyse par ONU Femmes du financement de l’Appel éclair 2023 révèle que 0,09 % du financement est allé directement aux organisations nationales ou locales de défense des droits des femmes.

Dans le cadre du plan de réponse de six mois, ONU Femmes en Palestine a répondu à la crise en fournissant une assistance vitale telle qu’une aide alimentaire d’urgence à plus de 14 000 ménages dirigés par des femmes, soit un tiers de tous les ménages dirigés par des femmes à Gaza, et en soutenant la distribution de vêtements, de produits hygiéniques et de lait maternisé. ONU Femmes travaille également en partenariat avec des organisations dirigées par des femmes pour fournir des services adaptés aux besoins des femmes en cas de violence sexiste ; elle met en place des comités de protection et d’intervention dirigés par des femmes dans les refuges pour femmes déplacées et organise des consultations régulières avec les organisations de femmes en Palestine, afin de discuter des défis auxquels elles sont confrontées.   

ONU Femmes continue d’appeler à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et à ce qu’aucun effort ne soit épargné pour assurer la protection des femmes et des filles et leur accès en toute sécurité à une aide humanitaire rapide, sans entrave et tenant compte des sexospécificités.  ONU Femmes réitère également sa profonde inquiétude face aux récits de violences sexuelles inadmissibles et d’autres violences basées sur le genre lors des attaques du 7 octobre, son appel à la responsabilité, à la justice et au soutien de toutes les personnes affectées, ainsi qu’à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

UKRAINE | Plus de 8 millions de femmes et de filles auront besoin d’une aide humanitaire en 2024

Depuis le début de l’invasion de grande envergure par les Russes, environ 3 238 femmes et …