Au cours des 17 derniers mois, 93 prisonniers malades (essentiellement des Kurdes) ont perdu la vie. Déclarant que le gouvernement applique la loi du talion, Ahmet Çiçek de l’Association des droits de l’homme (İHD) a déclaré que les autorités doivent mettre fin à leur politique discriminatoire ciblant les prisonniers malades ou âgés (qui ne sont pas libérés à cause de leurs étiquètes politiques ou origines ethniques).

Selon les données de l’Association des droits de l’homme (İHD); 78 prisonniers en 2022 et 15 au cours des 5 premiers mois de 2023 ont perdu la vie en prison. Les détenus ont été abandonnés à la morts à cause des décisions controversées prises par l’Institut de médecine légale (ATK) et le refus d’accès aux soins. De nombreux détenus kurdes sont également morts dans des circonstances suspectes durant cette même période.

Selon les données de l’İHD, 1 517 prisonniers malades, dont 651 dans un état critique, sont toujours en prison. Abdulhalim Kırtay, qui figurait sur la liste des prisonniers gravement malades de l’İHD et a été libéré le 22 mars, est décédé le 12 mai. Enfin, Behçet Kaplan, 31 ans, condamné à 15 ans de prison pour « appartenance à une organisation terroriste », est décédé le 15 mai à Prison de type T d’Ahlat, où il était détenu.

Libérés à l’article de la mort

Ahmet Çiçek, porte-parole de la Commission des prisons de la branche İHD d’Izmir, a déclaré que le droit d’accès au traitement des prisonniers politiques en particulier est restreint. Déclarant que les détenus ne sont souvent pas emmenés à l’hôpital en ambulance, Çiçek a déclaré : « Pour ces raisons, les détenus ne veulent parfois pas aller à l’hôpital. Parce que les rendez-vous sont en retard, les détenus malades s’aggravent. laissé pour mort. ATK se voit au service du gouvernement. Enfin, à l’âge de 31 ans, Behçet Kaplan est décédé d’un cancer. Il a été libéré au dernier stade de sa maladie. Il est décédé 51 jours après sa libération. Les prisonniers sont à l’article de la mort. En d’autres termes, les prisons ont été transformées en maisons de la mort. » 

« Le gouvernement applique la loi du talion »

Rappelant que les membres du Hezbollah turc ont été libérés sur décision du président Erdogan, Çiçek a déclaré : « Puisqu’il existe une telle autorité, tout le monde devrait être traité de la même manière. Mehmet Emin Özkan est à la fois vieux et gravement malade. Mais il n’est pas libéré. Ce gouvernement applique la loi du talion. » 

KAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | Des hommes ont tué au moins 28 femmes en janvier

Selon les informations compilées par Bianet à partir de journaux locaux et nationaux, de s…