Des bombardements quotidiens, des couloirs humanitaires, des champs de mines et de la haine, beaucoup de haine. Le conflit du Donbass a tous les ingrédients d’une guerre fratricide, mais le reste du monde détourne le regard, et les hostilités dans l’est de l’Ukraine sont presque perçues comme des querelles entre voisins.

De moins en moins d’hommes politiques occidentaux mettent en lumière la souffrance de millions d’Ukrainiens qui ont tout perdu : leur famille, leurs biens, leur pays, leur liberté. Les accords de paix de Minsk ont ​​été signés en février 2015, mais aucune des parties n’a fait sa part. Le bilan est de plus de 10.000 morts, dont des soldats de l’armée ukrainienne, des miliciens pro-russes et des civils, selon l’ONU.

Le black-out informationnel s’intensifie. La lassitude s’est propagée à l’opinion publique internationale, plus préoccupée par d’autres questions. Pendant ce temps, les horreurs du Donbass sont devenues monnaie courante pour les Ukrainiens, qui commencent à comprendre qu’ils ne peuvent sortir de l’enfer dans lequel ils sont plongés que par leurs propres moyens.

Le Donbass, nommé d’après le bassin de la rivière Donets dans l’est de l’Ukraine et mondialement connu pour ses riches gisements de charbon, comprend les régions de Donetsk et de Lougansk, qui bordent toutes deux la Russie. La guerre a divisé les deux régions en deux, une moitié contrôlée par les séparatistes pro-russes et l’autre sous le contrôle de l’armée ukrainienne. Les accords de Minsk de février 2015 ont stabilisé le front et tracé une ligne de séparation des forces entre les deux camps. La guerre à grande échelle a alors cessé, mais les hostilités et les escarmouches sont constantes.

SLAVIANSK, LE CŒUR DU SOULÈVEMENT

« Merci de vous souvenir de nous », crie l’un des policiers en poste à l’entrée du commissariat de Slaviansk, dans la région de Donetsk, où a éclaté le soulèvement pro-russe le 12 avril 2014. Les habitants du Donbass ont le sentiment que le monde les a oubliés et craignent que la guerre ne se transforme en un conflit gelé, sans vainqueur ni perdant.

Ce n’est pas un hasard si l’officier russe à la retraite Igor Strelkov, chef de la rébellion pro-russe, a choisi Slaviansk comme centre d’opérations. « Nous avons reçu le plein soutien de la population. 90% des habitants de Slaviansk voulaient rejoindre la Russie, et en plus, ils parlaient tous russe, pas ukrainien », raconte-t-il. Slaviansk est fière de son passé, étroitement lié à l’empire russe depuis sa fondation à la fin du XVIIe siècle.

L’armée ukrainienne tente de gagner des partisans dans les zones de Donetsk et de Lougansk sous son contrôle, comme Slaviansk, mais les blessures de la guerre sont toujours présentes et les traces de destruction sont latentes. Cinq ans plus tard, la petite ville de Semyonovka, théâtre d’une des premières batailles de la guerre, rappelle Dresde après les bombardements alliés en 1945, ou Grozny après l’offensive russe contre la Tchétchénie en 1994.

Il n’y a pas une âme dans ses rues. Les décombres de ce qui était autrefois un hôpital et des maisons de la région abritent désormais des rats et de la vermine. Tous les murs sont criblés de balles de mitrailleuses de gros calibre. Aucun toit ne résista aux incessants bombardements de mortier. Les seuls signes de vie sont deux maisons reconstruites par des voisins hostiles et une nouvelle clinique pour enfants handicapés.

« Il n’y a pas d’avenir ici », déclare Misha, un ancien cheminot d’une vingtaine d’années qui affirme que la moitié de ses camarades de classe ont émigré vers la Russie voisine. A l’entrée de la ville se trouve un mémorial, mais il est exclusivement dédié à la demi-douzaine de soldats ukrainiens tombés au combat à Semyonovka. Personne n’ose le profaner, mais nombreux sont ceux qui ne comprennent pas pourquoi il n’y a pas de monument aux civils morts. Ce qu’ils voient comme un conflit civil contre l’oppression du gouvernement nationaliste, à Kiev, ils le voient comme une guerre contre les séparatistes soutenus par le chef du Kremlin, Vladimir Poutine.

« Un de mes amis est mort ici. Et ce n’était pas un milicien. Il marchait dans la rue et une bombe l’a tué », se souvient Alexandre, un chauffeur de taxi plein de ressentiment envers Kiev.

Le gouvernement a rempli la ville d’affiches en ukrainien, une langue que presque personne ne parle. Le russe est la langue commune pour tout le monde. « Nous vivons sous occupation », commentent de nombreux voisins. Une église autocéphale est apparue au centre de Slaviansk, mais tout le monde afflue vers le temple lié au patriarcat de Moscou. Il a également changé les noms des villes, de « Red Limán » à Limán uniquement, d’Artiomovsk à Bakhmut, bien que tout le monde soit attaché aux anciens noms. « Ils ont même enlevé la statue de Lénine de la place », insiste Alexandre.

Il n’est pas non plus célébré le 12 avril, mais le 5 juillet, lorsque les soldats ukrainiens ont libéré la ville du joug russe. Chaque année, la mairie commémore les 63 soldats qui ont perdu la vie lors de la bataille de Slaviansk. «Avec Strelkov, vous viviez beaucoup mieux. Il a abattu des voleurs et des bandits sur place », contredit Vasili, un jeune de Slaviansk, à propos des deux mois de contrôle pro-russe.

Beaucoup sont emparés par la peur. Certains parce qu’ils ont participé activement au soulèvement, ont des parents du côté séparatiste ou parce qu’ils étaient en Russie.

« La situation est paisible, mais nous souffrons des séquelles de la guerre », déclare Vadim Liaj, maire de Slaviansk. Et c’est que Slaviansk est à peine à cent kilomètres du front. Il reconnaît que Kiev « n’est pas très populaire » parmi les habitants de la région, mais estime que la principale demande du peuple n’est pas l’indépendance, mais une amélioration du niveau de vie. « Les gens ne sont pas contents parce que les frigos sont vides et qu’il n’y a rien à manger. Ce qui se passe, c’est que quand dans le Donbass ils se plaignent des tarifs élevés, à Kiev ils voient la main de Moscou. Les gens vont en Pologne et en Russie non pas parce qu’ils se sentent persécutés ou ne parlent pas russe, mais parce qu’ils veulent gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de leur famille », dit-il.

LE COULOIR DE LA VIE ET ​​DE LA MORT

Nulle part la haine n’est plus évidente qu’à Stanitsia Lukanska, le seul corridor humanitaire le long de 150 kilomètres de façade dans la province de Lougansk. En raison de l’explosion du pont sur la rivière Severski Donets par les milices pro-russes, qui voulaient éviter une éventuelle incursion avec des blindés ennemis, plus de 10 000 personnes doivent parcourir quotidiennement les cinq kilomètres de couloir pour acheter de la nourriture ou percevoir des salaires et retraites.

Le pèlerinage comprend des personnes de tous âges et des familles entières, car la rareté est la note prédominante en territoire pro-russe en raison du blocus imposé par le gouvernement ukrainien sur ce territoire séparatiste. C’est pourquoi la promesse de Vladimir Poutine de réduire à moins de trois mois l’attente d’un passeport russe en a encouragé plus d’un, qui espèrent sortir une bonne fois pour toutes du cercle vicieux de la haine, de la guerre et de la destruction.

Entre tous, les retraités sont les plus vulnérables, puisqu’ils doivent passer par ce passage gratuit tous les deux mois pour prouver qu’ils sont en vie, faute de quoi ils ne toucheront pas leur pension. La marche est particulièrement ardue en hiver, car la neige et les basses températures en font une odyssée. Certains retraités sont obligés d’embaucher de jeunes porteurs qui, en échange d’environ 300 hryvnias (environ 12 dollars), les emmènent en fauteuil roulant, sur des traîneaux ou dans des charrettes métalliques de fortune.

« C’est une façon honnête de gagner sa vie. Il n’y a pas de quoi avoir honte », déclare Azot, un petit Oseta voûté qui pousse une charrette de fruits et légumes. Il est surveillé par un adulte et un jeune homme, qui attendent que deux vieilles dames les ramènent chez eux et récupèrent leur argent.

Les marcheurs blâment Kiev pour leurs souffrances. Ils les comparent aux nazis pour avoir violemment bombardé leurs maisons. Beaucoup se couvrent le visage à proximité d’un journaliste. Selon une porte-parole de l’armée ukrainienne, ceux qui se couvrent sont des collaborateurs des « sépar » (indépendantistes, selon le jargon militaire) ou travaillent pour la république populaire autoproclamée de Lougansk. « Est-ce normal qu’une grand-mère comme moi doive marcher autant de kilomètres pour toucher sa pension ? », déplore une femme de 78 ans, qui se plaint de sciatique et boitille notoirement.

La guerre a brisé des vies et des familles, mais il faut que quelqu’un ait le courage et la patience de parcourir les cinq kilomètres pour rendre visite à ses proches « de l’autre côté » de la zone de séparation des forces. Ils le font de manière ordonnée et sans abandonner la route, puisque le territoire est miné des deux côtés. De plus, les tireurs d’élite pro-russes sont postés de l’autre côté du pont, donc personne ne devrait faire de faux pas. Ils ont également laissé derrière eux des maisons et des propriétés, ils doivent donc y rendre visite pour éviter qu’ils ne soient pillés.

Comme toute guerre entraine toujours une situation de disette, certains passent du côté contrôlé par Kiev pour acheter de la nourriture, des biens ou du matériel électronique, qui sont beaucoup plus chers en territoire séparatiste. Il y a aussi les porteurs qui gagnent leur vie en faisant un trajet par jour et en transportant jusqu’à 75 kilogrammes, le maximum autorisé par l’Armée pour éviter l’effondrement du poste frontière, puisque chacun doit montrer son passeport et ses affaires doivent être soigneusement inscrites.

Bien que les hostilités se déroulent à des centaines de kilomètres, la guerre se déroule également à l’arrière. À Kiev, une pizzeria située dans une rue près de la place de l’Indépendance (Maidan) collecte des dons et des contributions pour les soldats combattant sur les lignes de front. Dans la capitale ukrainienne, croiser des gens en uniforme est à l’ordre du jour.

Cependant, les élections présidentielles, au cours desquelles l’acteur Vladimir Zelensky a balayé Porochenko avec sa proposition de dialogue avec la Russie pour faire taire les canons du Donbass, ont montré que les Ukrainiens ne veulent pas continuer à se battre et à mourir et que, malgré le fait que beaucoup considèrent la Russie Etat agresseur, ils veulent normaliser leurs relations avec Moscou, conscients que non seulement la paix mais aussi la fin de l’enfer en dépendent.

ClarinMundo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SYRIE | Dans le camp al-Hol, les enfants apprennent à torturer et à tuer

L’opération anti-EI menée par les forces arabo-kurdes dans le camp al-Hol se poursuit depu…