Alors que les Américains attendent les résultats de la course présidentielle terriblement serrée entre le président américain Donald Trump et son candidat démocrate Joe Biden, une autre candidate moins connue est sur la bonne voie pour obtenir 1,2% du vote national – réduisant plusieurs milliers de votes cruciaux aux deux candidats démocrates et républicains dans les principaux États.

Avec environ 1,6 million de voix au total, la candidate du Parti libertarien, Jo Jorgensen – la seule femme candidate à la présidence dans les 50 États américains – a obtenu le deuxième plus grand nombre de voix en 49 ans d’histoire de son parti.

Jorgensen n’a aucune chance viable de gagner les élections. Deux jours se sont écoulés depuis le jour du scrutin aux États-Unis et elle n’a pas remporté un seul vote électoral. Mais les analystes politiques estiment que la candidate pourrait jouer un rôle dans la détermination du vainqueur de cette course présidentielle.

Qui est Jo Jorgensen?

La Dr Jo Jorgensen, professeure principal de psychologie à l’Université Clemson en Caroline du Sud, est la première femme candidate à la présidence à être nommée par le Parti libertarien dans son histoire de plus de quatre décennies. La femme de 63 ans et son vice-président, l’entrepreneur Jeremy «Spike» Cohen, ont participé aux élections générales dans les 50 États ainsi qu’à Washington DC.

Jorgenson n’est pas nouvelle dans la politique. Elle s’est présentée pour la première fois aux élections en 1992 sur le «Libertarian Ticket» dans le Congressional District de Caroline du Sud, où elle a obtenu environ 2,2% des voix. En 1996, elle était la candidate à la vice-présidence du Parti libertarien aux côtés du candidat de l’époque Harry Browne.

En mai de cette année, elle a été officiellement nommée candidate à la présidence du parti. Peu de temps après, elle s’est rendue sur Twitter pour annoncer qu’elle «réorientait» le slogan de la campagne d’Hillary Clinton de l’élection de 2016 – «Je suis avec elle» – et l’utilisait comme le sien. Le slogan a rapidement recommencé à se répandre sur les réseaux sociaux.

Critique de longue date du système bipartite américain, Jorgensen est également contre l’incarcération de masse, les opérations militaires étrangères et les grands programmes fédéraux. Dans une vidéo publiée par sa campagne en avril, elle a déclaré que son objectif était de transformer les États-Unis «en une Suisse géante, armée et neutre». Si elle est élue, elle a déclaré qu’elle ramènerait les troupes du monde entier chez elles et travaillerait également à retirer l’aide étrangère à d’autres pays. Elle s’est également engagée à éliminer l’impôt fédéral sur le revenu.

Quel est le parti libertarien qu’elle représente?

Fondé en 1971, le Parti libertarien est devenu le troisième plus grand parti politique après les républicains et les démocrates. Le parti a un candidat présidentiel sur le bulletin de vote chaque année depuis 1972, mais n’a jamais reçu plus de 4 pour cent du vote populaire, selon ballotpedia.org.

Le Parti libertarien plaide pour un marché totalement libre, un petit gouvernement et des libertés civiles. Selon son site Internet, le parti estime que tous les Américains devraient être «libres de vivre leur vie et de poursuivre leurs intérêts comme ils l’entendent tant qu’ils ne font pas de mal à autrui». Le site Web comprend également leur «déclaration de principes» ainsi que la déclaration: «Nous, les membres du Parti libertarien, contestons le culte de l’État omnipotent et défendons les droits de l’individu.»

Mardi, le parti a décroché son premier siège à la Chambre des représentants en près de deux décennies lorsque Marshall Burt a été élu à la Chambre des représentants du Wyoming. « Ce n’est que la cinquième fois dans l’histoire du Parti libertarien qu’un candidat ne se présentant que sous le label LP (Parti libertarien) est élu à une assemblée législative de l’État, et la première fois en 20 ans », lit-on dans un communiqué du parti.

La dernière victoire du parti dans l’État remonte à 2002, lorsque le représentant du Vermont, Neil Randall, a été réélu pour son deuxième et dernier mandat à la législature de l’État.

Comment Jorgensen s’est-elle comportée lors de l’élection présidentielle américaine de 2020?

En plus de battre tous les autres candidats tiers et indépendants dans les 50 États, le total des voix de Jorgensen dans trois États clés – le Wisconsin, le Michigan et le Nevada – a dépassé la marge entre Biden et Trump. Alors que le candidat démocrate a finalement inversé le Wisconsin et le Michigan, les analystes pensent que les votes pour Jorgensen auraient pu faire basculer l’élection dans un sens ou dans l’autre.

En Géorgie, Jorgensen a obtenu 1,2% du total des voix, soit 61 269 voix au total. Trump et Biden sont au coude à coude dans l’État, qui est par ailleurs un bastion républicain, à seulement 1775 voix entre eux.

La performance de Jorgensen dans les États ruraux et occidentaux est également particulièrement remarquable. En Alaska et dans le Dakota du Nord, elle a obtenu 2,7% des voix, tandis que dans le Dakota du Sud, elle a réussi à décrocher 2,6%, a rapporté l’Associated Press.

Avec au moins 1,6 million de votes, Jorgensen a remporté le deuxième plus grand nombre de votes de tous les candidats libertariens, selon l’Associated Press. L’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique, Gary Johnson, qui était le candidat présidentiel du parti en 2016, a battu son record en obtenant 3,3% des voix nationales.

Critique du «vote gaspillé»

Le Parti libertarien est souvent critiqué pour avoir «enlevé des voix» aux deux principaux partis américains – démocrate et républicain. Le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, et plusieurs autres ont souligné que les 38 000 voix de Jorgensen dans l’État auraient pu écraser la faible marge entre Trump et Biden.

Répondant à l’affirmation sur Twitter, le parti a déclaré:«Vous voulez que les libertariens votent pour vous? Essayez de nommer quelqu’un qui n’ajoute pas des milliards de milliards à la dette nationale, qui mettra fin à nos guerres étrangères et ramènera les troupes au pays, et qui croit que les droits de tous doivent être protégés. Jusque-là – comme toujours – vos larmes sont délicieuses. »

Traduction: Joseph LÉANDRE

Lire l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

INTERNATIONAL | Haïti, la nouvelle Somalie de l’Amérique selon le quotidien dominicain Listín Diario

ce pays est plongé dans une instabilité politique, économique et sociale qui inquiète au p…