Le Traité de Lausanne signé entre les Puissances alliées et la Turquie le 24 juillet 1923 a privé les Kurdes d’un État libre pourtant prévu dans le Traité de Sèvres signé 3 ans plutôt. A l’occasion de ce Traité qui a causé le malheurs de nombreux peuples de la région, à commencer par les Arméniens et Kurdes, plusieurs organisations kurdes, arméniens et la ville de Lausanne organisent un colloque faisant état des lieux des peuples exclus du fameux Traité.

Le colloque international: « De Lausanne 1923 à Lausanne 2023, Quel avenir pour les peuples exclus du traité de Lausanne en 1923? État des lieux et perspectives » a eu lieu le samedi 10 juin, à l’Hôtel de Ville de Lausanne.

Le colloque a réunit des personnalités politiques et universitaires spécialisés arméniens, assyro-chaldéen, kurdes, turcs et occidentaux et des journalistes pour parler des conséquences de ce Traité pour les peuples exclus de la région et esquisser des perspectives pour le futur.

La journaliste, Frederike Geerdink, qui a également assisté à la conférence écrit : « Nous devons essayer de concilier le traité avec l’esprit de notre temps. En 1923, le traité de Lausanne est signé. Il a mis fin à deux guerres : la Première Guerre mondiale et la guerre d’indépendance de la Turquie. Il a façonné et défini la Turquie que nous connaissons aujourd’hui, y compris les injustices apparemment insolubles contre ceux qui n’avaient pas leur place à la table des négociations à l’époque, comme les Kurdes et les Arméniens. Le week-end dernier à Lausanne, ils se sont réunis pour réfléchir sur le passé et faire des propositions pour l’avenir », avant de demander « Comment se débarrasser d’un mauvais traité ? »

Voici le compte-rendu de la conférence fait par Frederike Geerdink

À la table et derrière le micro lors de la conférence du week-end dernier se trouvaient des personnes appartenant à des groupes qui n’étaient pas à la table lors des négociations il y a un siècle : les Arméniens et les Kurdes. C’est précisément sur cette exclusion que s’est concentrée la conférence organisée par l’Institut kurde de Paris, l’AFKIV (l’Association pour la promotion du Fonds Kurde Ismet Chérif Vanly et le développement de l’éducation, de la culture et des droits de l’homme) et l’Association Suisse-Arménie, en coopération avec la Ville de Lausanne. L’un des orateurs les plus en vue, l’ancien maire de Diyarbakır et membre du parlement turc pour le HDP, Osman Baydemir, l’a résumé lors de son introduction : « Si le statut des Kurdes avait été garanti à l’époque, il n’y aurait pas eu de tragédie. »

Sentiment d’appartenance

Ce qu’il a appelé la tragédie, c’est la répression, l’assimilation forcée et le meurtre de masse des Kurdes au cours des cent années qui se sont écoulées depuis la signature du Traité de Lausanne. Et le statut ? Cela remonte au traité qui a précédé le traité de Lausanne, qui est le traité de Sèvres, signé entre l’Empire ottoman et les alliés de la Première Guerre mondiale en 1920. Il visait à briser les restes de l’empire pour, entre autres, établir un Kurdistan indépendant et désigner des parties de l’est de l’Anatolie à l’Arménie. Dans le traité de Lausanne, les Kurdes n’étaient plus mentionnés, encore moins le Kurdistan. Les Kurdes n’ont obtenu aucun statut : ni en tant que pays, ni en tant que nation, ni en tant que minorité. Cela a fait des Kurdes, comme l’a décrit la porte-parole Sibel Arslan, députée suisse et elle-même kurde, « la plus grande nation avec le moins de sentiment d’appartenance ».

Le traité de Lausanne est souvent qualifié de traité qui a découpé le Kurdistan en quatre parties (en Turquie, en Syrie, en Irak et en Iran), mais plusieurs intervenants sont nuancés à ce sujet. Un Kurdistan indépendant n’a pas été mentionné dans toutes les versions du traité de Sèvres, l’est du Kurdistan (en Iran) n’en a jamais fait partie, et les frontières grossièrement proposées à Sèvres excluaient les terres que les Kurdes considèrent maintenant comme faisant partie du Kurdistan mais qui étaient faire partie de l’Arménie selon « Sèvres ». Dans le traité de Lausanne, d’autres accords sont mentionnés comme définissant les frontières méridionales de la Turquie.

Grande Arménie

C’est la partition des terres ottomanes organisée par Sèvres qui a conduit à la guerre d’indépendance de la Turquie, qui a commencé en 1919, dirigée par le commandant ottoman le plus titré de la Première Guerre mondiale, Mustafa Kemal (plus tard: Atatürk). Les Turcs et les Kurdes l’ont combattu ensemble. Avec le recul, il semble surprenant que les Kurdes se soient battus pour retirer de la table un traité qui aurait pu leur donner un pays. L’un des conférenciers, le professeur émérite Baskin Oran, a déclaré : « Les Kurdes détestaient l’idée d’une grande Arménie, qui était leur principale raison de rejoindre la guerre d’indépendance turque ». Après tout, cette grande Arménie engloberait des terres qu’ils considéraient comme kurdes.

Pour faire court : dans le Traité de Lausanne, il y avait des articles pour protéger les minorités, mais ces minorités étaient définies comme « non-musulmanes ». Cela excluait les Kurdes islamiques, à qui aucun droit n’était accordé en tant que minorité ethnique, un concept que le traité ne reconnaissait pas. Les stipulations concernant les communautés non musulmanes leur donnaient le droit d’enseigner à leurs enfants dans leur propre langue et, entre autres, de créer leurs propres institutions religieuses et sociales. La nouvelle république n’a pas vraiment répondu aux besoins des communautés assyrienne et arménienne bien que, comme l’a expliqué un autre orateur, le professeur émérite Raymond Kevorkian, dans sa contribution : « Ils étaient censés vivre à nouveau sur leurs terres comme si les génocides contre eux n’avaient jamais arrivé. »

Du bout des lèvres

Une partie de la contribution de Kevorkian sur les séquelles du génocide arménien ressemblait terriblement aux séquelles du génocide yézidi d’aujourd’hui. Une partie des rescapés ont pu regagner les terres anatoliennes à l’ouest d’Ankara mais ont retrouvé leurs maisons, leurs terres et même parfois leurs femmes et leurs enfants volés par les auteurs du génocide, dont certains avaient été leurs propres voisins. Les orphelins arméniens de l’est et du sud-est de l’Anatolie ont été « intégrés » à la société kurde.

La France et le Royaume-Uni – deux des puissances alliées qui occupaient une grande partie de ce qui est aujourd’hui la Turquie après la Première Guerre mondiale – avaient fait semblant de parler de justice pour le génocide, mais n’avaient pas fait grand-chose dans la pratique. Kevorkian a décrit comment certains auteurs ont été arrêtés et que des tribunaux ottomans ont été mis en place et que certains procès ont été organisés. Kevorkian : « Mais il s’est avéré presque impossible de rassembler suffisamment de preuves contre des individus. Beaucoup ont été acquittés ou ont écopé de petites peines, et trois sous-fifres ont été exécutés. Ce n’était pas une rédemption, c’était une façon d’adoucir les Britanniques et les Français. »

Ce ne sont pas seulement les Arméniens et les Kurdes qui sont généralement considérés comme les perdants de Lausanne, les Grecs d’Anatolie le sont également. En janvier 1923, la Grèce et la Turquie ont convenu d’une convention sur un échange forcé de population entre la communauté grecque de Turquie et la communauté turque de Grèce – un euphémisme pour le nettoyage ethnique. Cette opération ne faisait pas partie du traité mais était organisée dans une convention à part, dont les autres négociateurs n’ont voulu assumer aucune responsabilité. Lord Curzon, le négociateur en chef des Alliés et le ministre britannique des Affaires étrangères, l’a qualifié de « complètement mauvais pour les cent années à venir », a déclaré le professeur Smith.

Pas très confiant

Ils ont pris la responsabilité d’autres idées « complètement mauvaises » qui se sont retrouvées dans le traité, et oui, ils étaient conscients de la gravité des stipulations sur les minorités. La présidente Derya Bayir, docteur en droit de l’Université Queen Mary de Londres, a souligné une lettre de Lord Curzon dans laquelle il a dit qu’il espérait que les articles sur les minorités s’appliqueraient également, par exemple, aux Kurdes, aux Circassiens et aux Arabes, mais, Curzon a écrit : « Je ne suis pas très confiant mais j’espère pour le mieux ».

Hans-Lukas Kieser, professeur à l’Université de Newcastle en Australie, a décrit le Traité de Lausanne comme « un effort pour oublier » et a déclaré : « Il a mis fin à une décennie de guerre et d’effondrement diplomatique, mais à quel prix ? » Leonard Smith, professeur à l’Université d’Oberlin aux États-Unis, a conclu : « Le droit international est produit par les relations internationales, pas nécessairement basé sur ce qui est bien et ce qui est mal. »

Alors que le traité a été signé en juillet 1923 et que la Turquie est sur le point de célébrer son premier centenaire le 29 octobre de cette année, les orateurs et les participants ont également discuté de ce qui devrait être ensuite. Même la pensée d’un autre siècle défini par le traité de Lausanne avec une douleur et une injustice incommensurables pour ceux qui étaient et restent exclus, est difficile à digérer. Osman Baydemir a rendu explicite la première étape nécessaire : « Nous devons accepter que le traité de Lausanne n’a pas apporté la paix et la stabilité dans la région. »

Le strict minimum

Comment se débarrasser d’un mauvais traité ? Medya News a posé cette question précise à certains intervenants.

L’avocate Derya Bayir a répondu : « La seule façon de se débarrasser d’un traité est une guerre. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que la Turquie le renégocie ». Non pas qu’une guerre soit sa proposition, bien sûr, mais elle a dit que même après un siècle, la Turquie n’est pas disposée à faire plus que le strict minimum pour agir conformément à Lausanne. Elle a écrit un livre sur la position des minorités dans le droit turcet a souligné une loi de 2013 qui organisait l’utilisation du kurde dans les tribunaux turcs. Bayir : « Ceci est conforme à l’article 39 du Traité de Lausanne [qui stipule que « des facilités adéquates seront accordées aux ressortissants turcs de langue non turque pour l’usage oral de leur propre langue devant les tribunaux »]. Après cela, le Premier ministre de l’époque, Erdoğan, a affirmé que la question kurde était résolue. Bayir en tire également un peu d’espoir, comme elle l’a dit dans sa contribution à la conférence : « A travers cette loi en 2013, il a en fait été reconnu que les Kurdes ont obtenu des droits dans le traité de Lausanne ».

Dynamique sociale

Hamit Bozarslan, professeur à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) [en réponse à la question de savoir] s’il est possible de se débarrasser du traité de Lausanne dans les années à venir (…) a déclaré que la Turquie avait besoin d’une révolution comme celles en Grèce, en Espagne et au Portugal dans les années 1970, qui ont mis fin aux régimes fascistes dictatoriaux sans guerre. Bozarslan : « La question de savoir si nous pouvons nous débarrasser du traité de Lausanne dépend de la dynamique sociale en Turquie et en Iran et, dans une certaine mesure, en Russie. Par conséquent, nous avons besoin que la société civile s’élève d’une manière ou d’une autre en Turquie. »

Renégocier un traité n’est pas réaliste car il est le produit des réalités géopolitiques de l’époque et remonter le temps reste impossible, mais si la société civile se lève et que les forces changent, une nouvelle réalité peut émerger. Bozarslan évoque, comme d’autres intervenants de la journée, la nécessité d’une administration locale, et ajoute : « Ce qui est aussi d’une importance cruciale, c’est que les frontières soient rendues fluides. Les frontières ne doivent pas créer des prisons mais des communautés transfrontalières. »

Nazand Begikhani, professeur invitée à Sciences-Po Paris et poétesse, a répondu : « Il ne s’agit pas de se débarrasser du traité, il s’agit de son interprétation. Vous pouvez le réinterpréter et essayer de le réconcilier avec l’esprit de notre temps. Nous pouvons le faire par l’imagination et la poésie. Celles-ci sont bien plus importantes que la diplomatie. »

(…)

Fréderike Geerdink est une journaliste indépendante. Suivez -la sur Twitter ou abonnez-vous à sa newsletter hebdomadaire Expert Kurdistan

Treaty of Lausanne 1923-2023: those excluded speak out at conference, via Medya News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

ONU | L’Iran réclame l’exclusion d’Israël

Le président iranien Ebrahim Raisi a appelé dimanche à l'exclusion d'Israël de l'ONU, alor…