L’expert en alphabétisation numérique Michael Caulfield a conçu une méthode efficace qui permet d’identifier en quatre étapes les sources fiables utilisées par plus de 100 universités.

Au cours de la première année d’études dans de nombreuses universités aux États-Unis, les bibliothécaires apprennent aux étudiants  les techniques de recherche de l’information et de vérification des sources. Il y a dix ans, avec l’explosion de l’Internet, on s’est rendu compte d’un problème majeur : une énorme confusion qui fait que, des étudiants qui croyaient faire référence à des sources fiables se tournaient en réalité vers de la mauvaise information.

Michael Caulfield (Boston, 51 ans), un expert dans le nouveau domaine de l’alphabétisation numérique à l’Université de l’État de Washington (États-Unis), a commencé à se rendre compte de ce qui se passait. Le problème n’était pas dans les mensonges qui circulaient, mais dans ce qui attirait l’attention des gens. Soudainement, une denrée rare comme l’information était devenue presque infinie. Il n’était plus nécessaire de «faire attention» pour comprendre quelque chose, car des millions de pages Web, de vidéos ou d’infographies attiraient déjà«l’attention». Le mensonge et l’exagération devenaient en effet les deux principales manières de susciter l’intérêt des internautes.

Le professeur Caulfield a donc cherché un antidote. Au fil des ans, il a mis au point une méthode basée sur quatre concepts qui tente de changer la façon dont les jeunes recherchent des informations sur Internet et qui est enseignée dans plus de 100 universités et des dizaines d’instituts nord-américains. Sa première victime est la pensée critique mal comprise, comme il le raconte au journal EL PAIS lors d’une conversation par Zoom de Vancouver, siège du campus de son université dans le nord-ouest des États-Unis.

1. Ne pas commencer par un esprit critique

Caulfield commence par retracer une tradition qui prévalait jusqu’à présent. «La pensée critique traditionnelle que nous enseignons ne fonctionne pas», dit-il. «Nous demandons aux étudiants de prendre un document ou une photo ou des données et nous leur disons que le moyen le plus direct de découvrir la vérité est de le regarder très attentivement, de s’y plonger», ajoute-t-il.

Mais non !

Non pas que ce soit mauvais en soi, c’est juste insuffisant: «Il faut d’abord avoir une connaissance préalable de ce que l’on regarde». Une fois que quelqu’un a capté votre attention avec quelque chose, faire l’effort de l’analyser revient à lui donner l’avantage qu’il vous fasse croire ce qu’il veut. Une page raciste ou anti-vaccin veut que vous doutiez de ce que vous avez entendu jusqu’à présent. Son efficacité réside avant tout dans le fait que le lecteur ne sait pas que ce site, qui semble sérieux, est en réalité l’œuvre d’un groupe nazi ou promoteur de l’homéopathie.

2. Le dépistage, une méthode en quatre étapes

Caulfield a mis au point une méthode pour éviter d’utiliser la pensée critique sur des pages peu fiables. Il l’a appelé SIFT, pour son acronyme en anglais, un mot qui signifie également «tamiser» en espagnol.

-Arrêtez la lecture.

-Rechercher la source.

-Recherchez une couverture plus fiable.

-Tracez le contexte d’origine, notamment dans le cas de photos, vidéos ou citations.

La méthode est basée sur une ressource très simple: avant de lire la page jusqu’en bas, verticalement, ouvrez un autre onglet et examinez la source, horizontalement. En espagnol, il a été traduit en partie par la plate-forme de vérification des informations Verificat. Ce concept est appelé «lecture parallèle» et a été conçu par Sam Wineburg, professeur à l’Université de Stanford, et sur lequel Caulfield s’est inspiré pour créer sa méthode.

En février, Wineburg et un groupe de professeurs ont publié un article scientifique avec une expérience de lecture parallèle. Avant de leur expliquer quoi que ce soit, ils ont demandé à un groupe de 87 jeunes d’identifier la crédibilité d’une page comme acceptable ou non. Seuls 3 d’entre eux ont ouvert un autre onglet pour vérifier le financement ou le CV de leurs auteurs. Les autres ont tenté de démêler la réponse en analysant la page, avec une pensée critique traditionnelle. Les méthodes étaient presque aléatoires, sans aucun fondement: s’agit-il d’un domaine « .com » ou « .org »? Avez-vous de nombreux liens? Avez-vous beaucoup d’annonces? Que disent-ils dans «à propos de nous»?

Après quatre séances de lecture parallèle, 67 des 87 ont cherché des informations en dehors de cette page. Avec la première méthode, seuls deux des trois qui ont fait une lecture latérale avaient raison sur la crédibilité douteuse avec de bonnes raisons. Les 84 autres se sont concentrés « exclusivement sur des caractéristiques qui n’étaient pas pertinentes ou pourraient être manipulées » par les auteurs. Après les séances, 36 des jeunes ont trouvé les informations sur le financement douteux de la page.

3. Les doutes conduisent au cynisme

Le but de la méthode Caulfied est de centrer les questions et ainsi de réduire le temps nécessaire pour obtenir quelque chose proche d’une réponse. «Les gens reçoivent tellement de points de vue opposés que pour savoir si quelque chose est vrai ou non, ils doivent l’examiner en profondeur, analyser les données, voire télécharger une feuille Excel», explique-t-il. « Ils ont le sentiment que découvrir la vérité sera un chemin ardu, avec lequel ils lèveront la main et disent qui sait », et de là au cynisme.

« Le risque du cynisme c’est croire que personne ne dit la vérité, que tout le monde ment», ajoute Caulfield. Son objectif est donc d’éliminer une partie de ce cynisme.

La métaphore du vendeur de voitures est pour Caulfield un bon exemple de ce qui se passe dans ces cas. L’acheteur vient chez le concessionnaire et sait plus ou moins ce qu’il veut: une voiture intermédiaire, avec la climatisation et de bons haut-parleurs. Il comporte deux conditions et un prix plafond. Mais le vendeur va vous foutre en l’air. Ajoutez d’innombrables nouvelles variables: essence ou non, quatre par quatre, sièges en cuir, coffre, pneus, etc. «Ce processus nous épuise. Cela vous surcharge, vous arrêtez de fumer et vous finissez par payer plus pour quelque chose que vous ne vouliez pas », dit-il.

La même chose se produit avec les informations. Il n’est plus un vendeur, mais des milliers de photos, messages, tweets, vidéos. «Tout le monde essaie de vous attirer mais vous devez vous éloigner et revenir à la question que vous vous posiez au début. Et dites-vous: dans un monde idéal qui pourrait me répondre? Ainsi, vous évitez toujours de vous retrouver, 18 clics plus tard, dans un puits où l’on prétend qu’un groupe de reptiliens dirige le monde », ajoute-t-il.

4. La vérité n’est pas en crise, mais la réputation

La méthode de Caulfield n’est pas de protéger le support. Au contraire. Il s’agit de les remettre à leur place, comme la moins mauvaise des solutions dans certains cas. Lorsque nous parlons de désinformation ou de nouvelles biaisées, «ce qui se perd dans la conversation, c’est la réputation relative», dit-il. «La question n’est pas de savoir si LE PAYS a toujours raison. La question est de savoir si vous lisez une information dans le journal, êtes-vous plus susceptible d’avoir une vision rigoureuse de ce qui se passe que si vous l’étudiez vous-même dans le même laps de temps? », Dit-il.

Telle est, selon Caulfield, la question qu’un consommateur d’information devrait se poser: quel est le meilleur choix pour un bref résumé de la situation. «C’est là que nous commençons à perdre l’idée que même si un journaliste dans les médias s’est trompé à une autre occasion ou que le titre était un peu exagéré, tout ne va pas être faux. La vérité est qu’il y a un journaliste de santé qui travaille dans le secteur depuis 10 ans, comprend les questions, sait qui sont les experts, les pose et vous fait un résumé, il est donc probable que ce qu’il produit est meilleur que l’article auquel votre oncle Fred donne un « J’aime » sur Facebook. Cela n’implique pas que le journaliste de santé fasse tout ce qu’il faut. Nous devons examiner ces choses en tenant compte des alternatives et pas seulement de ce à quoi ressemble une source particulière », dit-il.

Il ne s’agit pas seulement de penser aux fausses informations liées aux partis politiques, mais aussi de trouver des réponses raisonnables aux questions sur la nutrition, le climat, les vaccins ou les maladies.

5. Les jeunes n’en savent pas plus

Une autre conclusion tirée par Caulfield est le mythe des compétences numériques des jeunes: elles existent, mais pas comme nous le pensons. « On peut affirmer que certains d’entre eux sont un peu plus compétents dans certains domaines, mais lorsque vous leur soumettez des informations biaisées dans le monde réel, ils ne font pas mieux que les générations précédentes », dit-il. Et ils ont encore un nouveau problème: ils ne reconnaissent pas les gros titres des journaux fiables. « Si vous leur demandez de nommer un journal, ils ne diront pas le New York Times », ajoute-t-il.

La méthode de Caulfield s’est également avérée efficace dans les domaines conservateurs et progressistes et est parvenue à la conclusion que les personnes qui publient volontairement de la désinformation sont moins nombreuses que nous ne le pensons: les plus engagées, celles qui publient sur Facebook 15 fois par jour. On a peut-être l’impression qu’il y a beaucoup de gens comme ça mais non », dit-il.

6. Le retour du contexte

Internet a supprimé le contexte de nombreuses informations. Avant, il était clair d’où il venait: une encyclopédie, un journal télévisé, un voisin. Chacun lui a donné le poids qu’il croyait. Maintenant, la confusion est extraordinaire: un blog partisan peut ressembler à un média traditionnel, un dictionnaire biaisé copie Wikipédia, ou un article anti-vaccin imite le langage d’un article scientifique.

En raison de notre formation historique, nous accordons du poids à ces informations qui nous parviennent d’une manière apparemment sérieuse. Cela ne suffit plus.

La méthode de Caulfield se concentre sur les utilisateurs. «C’est mon travail», dit-il. Mais les plateformes ont aussi une responsabilité. Sur mobile, il est moins agile d’ouvrir un autre onglet dans le navigateur et de saisir une nouvelle recherche. «Nous avons essayé de convaincre ceux qui font ces demandes de faciliter le processus. WhatsApp expérimente l’intégration de certains outils dans ses messages et ils pourraient finir par être liés à des liens », dit-il.

Caulfield estime que la lutte contre la désinformation doit être comme l’éducation des conducteurs: l’utilisation du clignotant ou la reconnaissance des signes n’empêche pas les entreprises et les autorités de faire leur part. «Les constructeurs automobiles incluent les ceintures de sécurité, les coussins gonflables ou les détecteurs de collision et les concepteurs des routes recherchent des moyens de protéger les piétons et les cyclistes. Tout le monde doit travailler ensemble », dit-il. «Vous ne pouvez pas résoudre le problème simplement en demandant des gens qui sont meilleurs ou qui changent de plate-forme. Il faut créer un écosystème plus sûr tout en enseignant de meilleurs outils », ajoute-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | Poursuite des procès de meurtre des journalistes Jamal Khashoggi et Musa Anter

Au cours des deux dernières audiences, le tribunal a rejeté les demandes de la fiancée de …