L’association culturelle Bote Kreyòl Ayiti lance le concours « Mare Tèt » du 22 juin au 25 juillet 2020 sous le thème « Mare tèt ou pou demare lespriw » – « Faites vos tignons pour vous libérer mentalement… »

« Cette activité culturelle pourra renouer les jeunes haïtiennes aux cultures ancestrales liées à la beauté de la femme noire, et participera ainsi à la promotion de la culture haïtienne ! »

Le « Mare Tèt » ou Tignon est une coiffure ou un foulard noué sur la tête en forme de turban porté par les femmes créoles de Louisiane pendant la période coloniale et qui perdure jusqu’à nos jours. Haïti, Cuba, le Brésil sont parmi les nombreux pays à faire la promotion du tignon qui fait désormais partie intégrante de leurs cultures.

Le port du tigron était dans les années 1800 obligatoire dans les colonies afin que les femmes créoles arrêtent de pâlir l’apparence des femmes blanches en général moins séduisantes, ce qui n’a pas manqué de susciter la colère et la jalousie de ces dernières.

Les belles créoles qui étaient les « placées » d’hommes blancs proposaient une apparence beaucoup plus attirante et plus séduisante  que les épouses légitimes blanches. Elles coiffaient leurs cheveux d’une extrême beauté en ajoutant bijoux et plumes à leurs coiffures hautes. Elles se promenaient avec une telle classe que les autres femmes n’avaient qu’un seul souhait: obscurcir leur charme et préserver leurs conjoints.

Et pour résoudre ce problème, les lois tignons faisaient obligation à toute femme de couleur, esclaves ou libres de se couvrir les cheveux et s’abstenir de toutes « attention excessive à l’accoutrement », en particulier le port de bijoux, de plumes et autres colifichets.

En Louisiane en particulier, ces lois furent une manière de préciser l’infériorité de la femme noire par rapport aux épouses blanches jalouses, et incapables de rivaliser avec la beauté assenante des régresses.

Fortes et créatives, ces femmes ont alors fait des tignons de magnifiques parures assorties avec des bandeaux souvent en madras, et un mélange de couleurs vives qui mettaient encore plus en valeur leur peau noire ce qui les rendait encore plus irrésistibles aux yeux des hommes, et augmentait encore et encore la rage et la jalousie des blanches.  

Joseph LEANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

LITTERATURE | Une Voix… Une Histoire : la plateforme de livres audio contre l’exclusion littéraire dans la Caraïbes

Des auteurs de romans, nouvelles, poésies, essais et contes, qui produisent en français, c…