La première tentative d’assassinat sur Raúl Castro par la CIA remonte à 1960 quand un agent a offert au pilote qui l’emmenait à Prague $ 10.000 pour « orchestrer un accident », selon des documents publiés ce vendredi par les archives de la sécurité nationale basées à Washington.

Le plan consistait à offrir de l’argent au pilote cubain José Raúl Martínez afin qu’il «intensifie des risques pour orchestrer un accident» sur le vol de retour de Prague.

Martínez a été informé de la mission par son contact avec la CIA à Cuba William J. Murray lors d’un trajet en voiture à l’aéroport.

Au cours de la conversation, ils ont discuté des «possibilités limitées que l’incident puisse être causé par un accident» et des doutes sur la capacité technique de l’agent à provoquer un accident «sans mettre en danger la vie de tout le monde à bord».

Le pilote, qui travaillait déjà pour la CIA, « voulait qu’en cas de décès, ses deux fils reçoivent une éducation universitaire », ce que Murray a accepté, selon les Archives de la Sécurité Nationale.

Un autre document publié indique qu’en début du voyage, le bureau de Washington à La Havane a reçu l’ordre d’abandonner la mission, mais qu’il n’avait aucun moyen de contacter le pilote.

A son retour, Martinez a informé Murray qu’ « il n’avait pas eu l’occasion de préparer un accident comme ils en avaient convenu » ».

Ces documents sont publiés en même temps que le retrait de Raúl Castro de la vie politique à Cuba, en tant que premier secrétaire du Parti Communiste.

Le « complot de l’accident » a été mentionné dans un rapport sénatorial qui, en 1976, traitait de complots présumés pour assassiner des dirigeants étrangers, à la suite d’une enquête sur les opérations secrètes de la CIA, promue par le sénateur Frank Church.

Mais les archives de la sécurité nationale ont noté que des détails clés avaient alors été omis, tels que le fait que le tueur était un pilote ou que «l’accident» impliquait l’aviation civile.

Ce complot précède plusieurs plans visant à assassiner le frère de Raúl, le leader de longue date Fidel Castro, et l’échec de l’invasion anti-Castro de la Baie des Cochons – financée par la CIA – le 16 avril 1961.

Pour l’historien des archives de la sécurité nationale Peter Kornbluh, « ces documents rappellent un passé sombre et sinistre des opérations des États-Unis contre la révolution cubaine ».

« Au moment où l’ère Castro prend officiellement fin, les responsables des États-Unis ont l’opportunité de laisser derrière eux ce fardeau historique et de s’engager pour un avenir de Cuba post-Castro », a-t-il déclaré à l’AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SYRIE | Assassinats en série à DEIR-EZ-ZOR

Au cours des 2 dernières semaines, un médecin, 2 civils, 2 membres de sécurité intérieure …