L’histoire des relations commerciales cubaines pourrait bien être racontée à partir des voitures qui roulent dans ses rues. Outre les fameux almendrones, d’origine nord-américaine et de fabrication antérieure à 1959, les voitures produites dans l’ex-Union Soviétique deviennent un héritage, un patrimoine et un moyen de transport irremplaçable au pays.

L’incorporation cubaine au désormais défunt Conseil d’Assistance Economique Mutuelle (CAME) en 1972 a favorisé les relations et les accords avec les États membres du modèle socialiste et a permis au pays d’accéder à des technologies à bas prix, entre autres marchandises. C’est ainsi que les principaux véhicules qui circulent dans ses rues sont arrivés sur l’île jusqu’à aujourd’hui.

En fait, ce sont précisément les voitures soviétiques épiques – telles que Lada, Moskvich, Volga et Zil – qui offrent aux visiteurs étrangers la célèbre sensation de voyager dans le temps et faire un saut dans le passé. Cependant, des années après la chute du mur de Berlin en 1989, Cuba a cessé de recevoir des voitures et des pièces détachées, les cubains ont donc dû trouver un moyen pour faire fonctionner leurs « voitures russes », comme disent les cubains qui ont même ainsi nommé l’un des leurs clubs spécialisés.

© Photo: avec l’aimable autorisation de Carlos Rodríguez Herrera

« Nous disons toujours que tant qu’il y a une bonne pince et un morceau de fil dans le porte-bagages, tout problème est résolu », a déclaré l’ingénieur Geovany Garayburu à Sputnik.

A cette époque, les tôliers – mécaniciens qui travaillent avec des tôles – fabriquaient des portes, des couvercles et des ailes en tôles d’acier; les tourneurs ont créé certaines pièces du moteur et les mécaniciens ont réparé les systèmes hydrauliques, effectué des transformations et des ajustements mineurs dans les systèmes de freinage et le changement de boîte de vitesses.

Pendant environ deux décennies, la flexibilité des politiques migratoires et la décision de la Russie de ne pas exiger de visa des citoyens cubains, ont rendu possible la création d’une filière pour le commerce privé des pièces; ainsi que l’ouverture de magasins d’État à Cuba et l’application d’une loi qui favorise les modifications et adaptations mécaniques.

Quelles voitures soviétiques sont les plus populaires à Cuba?

Moskvich: passion, coopération et désir

Garayburu possède lui-même un Moskvich depuis 34 ans: «dans les années 80, ce modèle a été donné aux ouvriers les plus remarquables du pays. C’est ainsi qu’il est arrivé à notre famille le 6 octobre 1987. J’ai encore dans ma mémoire la joie de la nouvelle, l’odeur de la nouvelle voiture et la curiosité de connaître chaque détail », avoue-t-il.

C’est le véhicule où il a appris à conduire, a passé ses examens pour obtenir son permis et connaît parfaitement sa mécanique et son électricité. Aussi, souligne-t-il, elle l’a accompagné dans les moments les plus marquants de sa vie: son adolescence, trois mariages et quatre enfants. Son père, quelques jours avant sa mort, la lui a offerte en héritage et aujourd’hui il prépare l’un de ses fils à l’hériter à son tour.

© Photo: avec l’aimable autorisation de Geovany Garayburu

«Je regarde avec nostalgie les images YouTube de l’usine AZLK, comment leurs bureaux, les lignes de production, les wagons montés sur rails à moitié ont été laissés et je ressens une grande tristesse. J’ai lu en 2015 sur Sputnik news que Renault envisageait d’acquérir l’usine, mais je n’en ai pas entendu plus sur le sujet. J’espère que c’est vrai et que les Moskvitch s’en sortiront », dit-il.

Justement, cette passion l’a conduit à créer en 2016 le groupe Moskvich à Cuba sur Facebook, dont l’idée était au départ de réunir les amoureux de ce modèle de voiture, propriétaires ou non; créer un site pour obtenir des informations sur le modèle, à partir d’expériences accumulées des mécaniciens, électriciens et  propriétaires, et concevoir un marché virtuel des pièces détachées et des services.

« Nous avons adopté comme logo du groupe une image du drapeau cubain sur laquelle est superposé le symbole AZLK, emblème que les premières voitures de cette marque arrivées dans le pays portaient sur leurs masques. Actuellement, nous avons 53 000 membres sur plus de 90 pays et quelque 126 publications quotidiennes », déclare Garayburu.

Pendant cinq ans, les membres ont formé un réseau de soutien et de coopération, d’où, certains messages constituent des appels d’urgence et d’autres, la disponibilité de l’aide. «Nous avons eu un cas d’une voiture qui a complètement brûlé et un ami a demandé de l’aider pour le propriétaire, les dons se sont immédiatement mis à pleuvoir», se souvient-il.

© Photo: avec l’aimable autorisation de Geovany Garayburu

La page rassemble également des histoires émouvantes comme celle du Cubain Marcos Miranda, qui vit aux États-Unis. Lui et son père avaient un Moskvic 2140 et quand ils ont émigré vers les Etats-Unis, ils ont dû la laisser sur l’île. En territoire nord-américain, ils ont acheté une voiture du même modèle qui circule aujourd’hui sur les avenues de la ville de Miami, de la même couleur et de la même marque que celle qu’ils avaient.

De son côté, Alberto Dimitrov, un cubain résidant en Angleterre, lors d’un voyage en Bulgarie a retrouvé un Moskvitch abandonné dans une grange qui n’avait pas bougé depuis plus de deux ans, il a donc payé 500 euros au propriétaire qui lui laissé la voiture, il a traversé toute l’Europe jusqu’au Royaume-Uni. Les membres du groupe ont ainsi suivi toute la tournée.

« Dimitrov a raconté ses expériences de voyage et a téléchargé des photos avec sa famille. Quand il est arrivé en Angleterre et qu’ils sont allés enregistrer la voiture, ils ont pensé que c’était un modèle inventé. Plus tard, lors de l’entretien, il a remarqué que les roulements étaient secs et qu’il marchait tout ce temps et parcouru toute cette distance sans une goutte d’huile », dit Garayburu.

Pour Garayburu, la voiture soviétique a toujours été conçue robuste, simple et légère avec une grande adaptabilité au contexte et aux conditions climatiques de l’île. « Il convient de souligner la solidité du pont de direction, dont les pièces conviennent aux modèles de voitures anciennes de petite taille et un moteur qui reçoit facilement des mécanismes d’autres marques ».

Il ajoute que dans les Grandes Antilles, leurs propriétaires leur font diverses transformations; Certains des plus fréquents sont: les changements de moteur pour la Lada, la Peugeot XUD-9 et TUD-5 et, maintenant, pour le Geely CK et Emgrand; En ce qui concerne la boîte de vitesses, les plus utilisées sont la Lada 5 vitesses, la Suzuqui Vitara ou autres à propulsion arrière.

« Egalement des modifications dans le système d’embrayage, le remplacement partiel de la pompe ou de l’esclave par celle d’une autre marque ou la suppression du système d’origine et de l’emplacement d’un système d’embrayages par tiges ou câble. L’adaptation du plateau oppresseur et du disque de Lada ou Aleko, pour lequel ils adaptent le volant moteur et l’arbre de commande de la boîte de vitesses », explique-t-il.

Il énumère également des réformes telles que le changement du servofrein et de la pompe, les cylindres de frein arrière et la conversion en un système de freinage à disque; innovations dans le salon, le tableau noir et le tableau de bord, les sièges, l’incorporation de serrures centralisées sur les portes, le placement des vitres électriques, la climatisation, l’éclairage intérieur et les systèmes de sonorisation.

Les rénovations à l’extérieur, communes à toutes les voitures soviétiques, correspondent aux tendances de la mode dans la sphère automobile et comprennent la peinture, le tapissage du verre, le placement de bandes blanches sur les pneus, le remplacement des jantes en aluminium et des miroirs.

Lada: plus qu’un club, une famille

Selon Carlos Rodríguez Herrera, président du Lada Club, à La Havane, il n’y avait pas de projet qui réunissait exclusivement les amoureux de cette marque. C’est ainsi que, avec un groupe d’amis, il a décidé de fonder cette association le 30 octobre 2020 avec l’idée de l’étendre à toutes les provinces de Cuba.

« C’est une voiture familiale très populaire, et aujourd’hui nous sommes une famille de 150 membres. Si quelqu’un casse sa voiture, plusieurs d’entre nous vont apporter son aider sans intérêt ni rémunération. Nous avons même un engagement social et nous avons prévu diverses activités d’impact sur la communauté », a-t-il déclaré à Spoutnik.

Parmi ces initiatives figurait une visite de plusieurs hôpitaux de la capitale Marianao, qui comprenait la livraison de fleurs et un hommage aux médecins qui luttent quotidiennement contre le COVID-19. Aussi la visite d’un foyer pour enfants, où ils ont fêté l’anniversaire d’une des petites filles.

« À Cuba, nous sommes très aimables, c’est pourquoi l’un de nos objectifs est de faire du bien au peuple. Nous avons même une liste avec les adresses et les contacts de chacun et la variété des professions: artisans, professeurs d’histoire, avocats, travailleurs de la construction et mécanique pour s’entraider », souligne Benito Albiza, vice-président du Club.

© Photo: Carlos Rodríguez Herrera

De son côté, la juriste de 25 ans, Yoryana Lima, raconte à Sputnik que sa famille possède une Lada 2103 de 1976, à la suite d’une vente réalisée il y a environ 4 ans. La sélection de cette voiture répondait, précisément, à la possibilité actuelle d’importer des pièces ou de le remplacer par d’autres de modèles différents.

«D’après ma courte expérience, je considère que ce sont des voitures très pratiques, pas très grandes et assez confortables à conduire une fois que l’on s’y est habitué. Elles sont résistantes en termes de fabrication et économiques en carburant. Dépendamment du goût ou les moyens du propriétaire, j’ai vu des côtés avec un gouvernail, des sièges, des ardoises, des portes et un moteur, différents de l’original », fait-elle valoir.

Eduardo Díaz, professeur de génie mécanique à l’Université technologique de La Havane, raconte à Spoutnik que, dans son cas, il a changé une voiture soviétique Volga 2410 pour sa Lada 2106 actuelle. « Nous ne voulions pas non plus d’une voiture américaine, car elle est à l’envers, même s’il intègre des modernisations et que nous nous intéressions à celui qui, bien qu’il ait moins de hiérarchie ou de luxe, avait plus de pièces sous la main ».

© Photo: avec l’aimable autorisation de Carlos Rodríguez Herrera

« La conception même, la résistance, la simplicité et la mécanique font que les réparations ne doivent pas nécessairement être effectuées par des experts. Cependant, de nombreux composants acquis sur les décennies précédentes sont conservés, ce qui leur a permis de chérir leur propre stock de pièces », indique-t-il.

Le bonheur de la voiture soviétique

Dès son plus jeune âge, Jorge Cabrera admirait les voitures utilisées par les diplomates soviétiques dans les Grandes Antilles. La marque Volga, synonyme d’exclusivité, de luxe et d’élégance, était l’une des plus chères des pays socialistes. Lorsque Jorge a acquis son modèle 2410, il n’y avait que dix voitures privées de ce type dans le pays, les autres étaient à l’usage de l’État.

Pendant 14 ans, il a maintenu la mécanique d’origine sans problème. Jusqu’en 1999, il a dû changer le moteur par celui d’un moteur à essence Toyota 2L pour économiser du carburant. «C’est une voiture très résistante et les pièces ont une grande durabilité. Sa boîte 4 vitesses est solide et, tous les cinq ans, je répare la direction, une pièce dédiée au contrôle du véhicule. »

© Photo: avec l’aimable autorisation de Carlos Rodríguez Herrera

Bien que les marques étrangères telles que la Mercedes allemande et la BMW, la Lexus japonaise ou la Chrysler américaine prédominent dans le parking russe actuel, pendant la période soviétique les principaux véhicules des hauts dignitaires étaient les limousines blindées Zil, avec une production de voitures de luxe qui ne va pas au-delà d’une douzaine par an.

La première unité du cabriolet Zil, modèle 111, basée sur la Cadillac Fleetwood était un cadeau de l’ancien chef de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS), Nikita Khrouchtchev (1953-1964) au chef de la révolution cubaine, Fidel Castro. Le modèle se distinguait par sa haute technologie pour l’époque, car le capot se fermait automatiquement après avoir appuyé sur un bouton.

En 2018, après 12 ans sans exportation de véhicules de marque Lada vers l’archipel des Antilles et dans le cadre d’un accord entre le gouvernement et la société de production russe AvtoVAZ, des voitures incluses dans les services de Cubataxi et du secteur du tourisme sont arrivées à La Havane. Toujours en 2019, les soi-disant GAZelles sont arrivées, des taxis routiers modernes qui assurent, dans une large mesure, le transport dans la capitale.

Rédaction Danay Galletti HERNANDEZ

Traduction Joseph LEANDRE

Lire cet article en espagnol par Sputnik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SECURITE | Les amendes en Europe et en Amérique latine pour violation des mesures contre le confinement

Selon le Code de la police nationale, en son article 35, chiffre 2, ceux qui enfreignent l…