Les règles douloureuses affectent les femmes de tous âges, les poussant parfois à arrêter leurs activités quotidiennes ou à utiliser des analgésiques toxiques, mois après mois. Cependant, les femmes n’ont pas à vivre leur cycle mensuel de cette manière. Les remèdes anciens sont la clé non seulement pour soulager la douleur, mais aussi pour nettoyer les organes afin que les causes réelles soient définitivement éliminées du corps. Dans cet article pour Birth Institute, Rosita Arvigo, naturopathe et professeur de médecine maya, nous rappelle un traitement ancien et oublié dont toute femme peut faire usage à la maison.

Gretta, une fille mennonite de quinze ans, était assise devant moi en larmes.

« Je n’aime pas mes règles. Je déteste ça. Il y a tellement de douleurs que j’aurais aimé ne pas être née femme ! »

Depuis que ses règles ont commencé il y a trois ans, elle s’est isolée dans son lit pendant trois jours par mois, prenant des analgésiques puissants qui pourraient légèrement soulager l’inconfort. Sa mère me l’a amenée après avoir tout essayé. Gretta avait déjà rendu visite à plusieurs médecins et autres professionnels en vain.

Je lui ai posé la question la plus importante: « Voyez-vous du sang noir au début et à la fin du cycle? »

Elle m’a regardé avec surprise. «Personne ne m’a jamais demandé ça avant, bien sûr que oui, j’en vois toujours. Qu’est-ce que cela signifie?

Eh bien, lui ai-je répondu, cela signifie que l’utérus doit être nettoyé à l’intérieur. Le sang noir au début de vos règles est ce qui n’est pas éliminé du dernier cycle et le sang noir à la fin des règles est celui de plusieurs mois avant, voire des années d’accumulation dans la membrane utérine. L’accumulation durcit, s’assombrit et s’épaissit, ce qui oblige l’utérus à développer des efforts qui résultent à des crampes pour expulser les résidus durcis.

Je lui ai donné un bon traitement de thérapie abdominale maya et j’ai constaté que, comme prévu, son utérus était très bas et il reposait sur le dessus de sa vessie. C’était facile de se lever et je lui ai appris à prendre soin d’elle-même à la maison les jours où elle n’avait pas ses règles.

«Tu sais ce qu’est une vapeur vaginale?» Ai-je demandé à sa mère.

«En fait, ma grand-mère au Canada le faisait pour nous, mais j’ai tout oublié. Pensez-vous que ça va aider?» Répondit-elle avec un regard taquin.

Je leur ai donné une double poignée de feuilles d’origan fraîches pour faire des pulvérisations vaginales consécutives à la maison. Heureusement, le moment était bien choisi car ses règles commenceraient dans environ 7 jours. De plus, j’ai pris le temps d’expliquer à toutes les deux qu’il était très susceptible de voir beaucoup de sang épais et noir lors des prochaines règles. Cela peut ressembler à du marc de café, du sirop de chocolat ou même de la viande de hamburger. Et bien sûr, c’est exactement ce qui s’est passé le premier, le deuxième et le troisième jour des règles.

«Dieu merci, vous nous avez dit que cela pouvait arriver après le traitement et les émanations parce que si je ne l’avais pas su, je l’aurais certainement emmenée aux urgences. C’était absolument choquant! Un petit seau de saleté qui sortait en trois jours et chaque jour, ses crampes disparaissaient petit à petit, jusqu’au quatrième jour, elle n’avait plus de douleur. ».

Les bains de vapeur vaginaux ou yoni sont des traitements anciens respectés par les femmes, utilisés par les sages-femmes et guérisseurs mayas traditionnels d’Amérique centrale et du Sud. La pratique est rapportée dans les premières chroniques des frères espagnols qui ont pris le temps de prendre note des pratiques de guérison des Mayas et des Aztèques. Les basses (Ba-azadas) comme on les appelle en espagnol, sont un traitement courant et efficace pour de nombreuses affections féminines, en particulier de nature grave ou chronique.

Les sages-femmes les recommandent dans les 1 à 9 jours suivant l’accouchement, selon les préférences personnelles et l’état de la femme. Ils sont excellents pour la dysménorrhée, l’aménorrhée, les kystes variqueux, les fibromes cervicaux et comme pratique préventive naturelle. Les praticiens de la technique de thérapie abdominale Arvigo Mayan recommandent d’utiliser régulièrement des vaporisateurs vaginaux.

Combien de fois?

Cela dépend de la gravité de l’état de la femme.

Les vapeurs vaginales sont également de bons soins préventifs. Pour celles qui ont des cycles normaux et sans douleur, il est recommandé de les faire quatre fois par an, juste avant les menstruations. Les femmes ménopausées ont signalé des caillots sanguins sombres et épais même un an après l’arrêt des menstruations. «Mieux vaut à l’extérieur qu’à l’intérieur», telle est notre devise. La combinaison de vapeur et d’huiles essentielles des plantes pénètre profondément dans le col utérin et l’utérus pour déloger les fluides menstruels durcis et les accumulations pathologiques qui n’ont pas été correctement délogées à chaque cycle mensuel. Le durcissement de la membrane utérine provoque des crampes violentes dans l’utérus pour expulser l’accumulation durcie.

Comment faire une vapeur vaginale à la maison?

Les sprays vaginaux à la maison sont un processus très simple composés d’eau, de plantes, d’une couverture, d’une chaise et d’environ une heure. Si vous avez de l’origan, du basilic, du calendula et du romarin dans votre jardin, choisissez une double poignée de feuilles et de tiges fraîches – environ un bocal d’un litre, sans serrer. Utilisez une herbe ou toute combinaison de ce qui précède.

Si vous allez utiliser des herbes séchées, vous aurez besoin d’environ une once de matière végétale sèche. D’autres herbes utiles pour les bains de vapeur vaginaux comprennent les feuilles de bardane, l’agripaume, la camomille, l’achillée millefeuille, le plantain, les herbes, la lavande et le thym.

Veuillez noter que nous n’utilisons pas d’huiles essentielles sous forme liquide pour les vapeurs vaginales car elles sont trop concentrées à cet effet. Laisser mijoter les herbes dans une casserole recouverte de deux litres d’eau pendant dix minutes et laisser reposer pendant cinq minutes.

Retirez le pot du poêle et placez-le sous une chaise avec des fentes ouvertes – une chaise de jardin en rotin, en bois ou en plastique fera l’affaire. On enlève les vêtements, y compris les sous-vêtements, de la taille vers le bas.

Couvrant d’une couverture, on s’assoit sur les herbes fumantes. Cela empêche la vapeur d’eau contenue de s’échapper. On doit s’assurer d’être à l’aise avec la température de la vapeur et de ne pas s’exposer à des courants d’air froids.

S’il fait trop chaud, couvrez la casserole pendant quelques minutes et réessayez jusqu’à ce que la vapeur la température soit confortable.

Enveloppez la partie supérieure du corps avec une couverture chaude, il faut s’assurer que les pieds reposent sur un tapis ou on peut porter des chaussettes chaudes et ne pas être à la portée d’un courant d’air froid.

La durée de la vaporisation est d’une vingtaine de minutes, la grande quantité de chaleur et les huiles végétales ont un grand pouvoir nettoyant sur l’utérus, le col de l’utérus et les ovaires.

Ensuite, l’idéal est que la femme reste au lit pendant une heure sous des couvertures chaudes ou s’assurer simplement de rester à l’écart de tout courant d’air, pour ne pas se refroidir. L’heure du coucher est le meilleur moment pour faire une vapeur vaginale.

Combien de fois? Lorsqu’il y a une pathologie avec la menstruation, nous demandons à la femme de faire deux gouttes par semaine avant le début de ses règles. Répéter de mois en mois jusqu’à ce que vos liquides menstruels soient roses et qu’il n’y ait aucun obstacle.

Pour les femmes en post-partum, la sage-femme décide du moment opportun en ce qui concerne l’état de la mère. Si la réalisation n’était pas compliquée, le bain de vapeur pouvait être effectué soit le premier jour, soit dans les sept ou huit jours suivants. Chaque sage-femme semble avoir un protocole différent, mais au fil des décennies, j’ai appris qu’il se situe entre un et neuf jours après l’accouchement et qu’il peut être répété plus d’une fois. Pour les femmes en post-partum, l’objectif est de nettoyer la membrane utérine.

Texte original dans Birth Institute

Traduction par Andrea BETANCOURT

Traduction française Joseph LEANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | Poursuite des procès de meurtre des journalistes Jamal Khashoggi et Musa Anter

Au cours des deux dernières audiences, le tribunal a rejeté les demandes de la fiancée de …