L’écrivaine kurde Meral Şimşek a été soumise à une fouille à nu par la police grecque alors qu’elle entrait dans le pays pour fuir la prison en Turquie. Şimşek, arrêtée avec une femme kurde du Rojava, a déclaré que la police grecque avait même « regardé dans nos vagins ». Après cet acte de torture, les deux femmes ont été jetées dans la rivière Evros et renvoyées en Turquie où elles ont de nouveau subi la fouille à nu et jetées en prison.

L’écrivaine kurde Meral Şimşek a annoncé qu’elle avait été arrêtée par la police grecque le 29 juin alors qu’elle passait de la Turquie à la Grèce et qu’elle avait été soumise à une fouille à nu.

Şimşek a été battue pendant des heures même si elle a déclaré qu’elle faisait face à des accusations en Turquie pour « propagande terroriste » et « appartenance à une organisation [PKK]» et qu’elle était membre du PEN.

Şimşek dit qu’elle et Dicle, une femme kurde du Rojava détenue à ses côtés, ont été agressés par la police grecque. De plus, l’ordinateur, le téléphone portable et une grande somme d’argent qu’ils avaient avec eux ont été saisis par la police et ils ont été jetés dans la rivière Evros 24 heures plus tard.

Lorsqu’ils sont rentrés en Turquie sur la côte d’İpsala, Şimşek a été arrêtée au motif qu’elle avait enfreint l’interdiction de voyager internationale. Şimşek a été libéré après avoir passé 8 jours derrière les barreaux.

Jugé pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste » et « membre d’une organisation terroriste » en Turquie, Şimşek est une écrivain éminente qui a reçu des prix nationaux et internationaux.

Notant que ses poèmes kurdes ont été publiés dans l’anthologie de poésie 2021 en Grèce, Şimşek dit :

Şimşek a également émis un rapport médical, documentant le tabassage. Elle raconte:

« Le 29 juin, vers 20 heures, j’ai traversé la rivière Evros. J’ai marché pendant une heure et demie. J’ai rencontré une femme nommée Dicle sur le chemin. Pour autant que je sache, ils l’ont maintenant envoyée dans un camp de réfugiés.

Nous sommes partis, nous avons traversé l’Evros. Dès que nous avons traversé la rivière, nous avons marché pendant une heure et demie. La police des frontières grecque a commencé à nous suivre. Nous avons réussi à échapper à la police grecque 17 fois.

Ensuite, nous sommes arrivés dans une forêt, nous sommes tombés dans un marécage là-bas. Nous avons attendu dans ce marais pendant des heures avec Dicle.

Nous nous sommes apparemment retrouvés dans une zone sauvage. Les avocats nous ont envoyé l’emplacement en disant: » Vous devez vous rendre à Ferez.  » Nous échappions aux renards et aux sangliers. Pendant ce temps, nous voyions les soldats de la déportation et nous échappions d’eux aussi. On nous a dit : « Ne vous faites pas prendre par eux, ils vous déporteront immédiatement. »

Comme les 8 ou 10 personnes restantes, nous sommes arrivés sur la route principale. Un véhicule de la police grecque est arrivé entre-temps. Lorsque la police est arrivée, je leur ai parlé de ma situation afin qu’ils puissent m’aider.

Je leur ai dit que je suis membre du PEN et qu’il y a des procès contre moi en Turquie. Et nous marchions depuis 15 heures, nous avions faim. Nous n’avions pas bu d’eau. Nous étions dans un état misérable. Ils ont pris nos cartes d’identité et les a signalés quelque part.

Les avocats essayaient de nous contacter. Un autre véhicule de police est arrivé à ce moment-là. Tout d’un coup, il y avait tellement de policiers. Ils nous ont déshabillés là-bas et ont fait une fouille corporelle à nu.

Ils ont regardé même dans nos vagins. Nous avons été harcelés là-bas. Nos téléphones sonnaient constamment entre-temps. Ils tenaient nos téléphones. Probablement après avoir vu cela, ils ont apporté un véhicule plus gros, sans plaque d’immatriculation. Ils nous ont mis là-dedans véhicule.

Le véhicule sentait le sang, il y avait des taches de sang partout. Ils avaient apparemment transporté plusieurs personnes comme ça. De l’urine et des excréments humains étaient partout. là.

Nous roulions sur un terrain accidenté. Le chauffeur a changé deux fois entre-temps. À ce moment-là, je me suis dit : ‘Ils vont nous tuer.’ Ils nous ont conduits pendant au moins une heure, ils se sont arrêtés quelque part.

Quelqu’un parlait turc ici. Ils nous ont fait descendre. Quand j’ai regardé autour de moi, j’ai vu que nous étions au bord d’une rivière. Il y avait des fonctionnaires autour de nous, avec ou sans masques. J’ai pensé qu’ils allaient nous tuer et nous jeter à l’eau . J’ai essayé d’expliquer ma situation en turc. J’ai commencé à mendier en disant : « Ce que vous faites est une violation des droits, ne faites pas ça. Ils vont vous poursuivre en Turquie.

Au moment où j’ai dit cela, ils ont commencé à me frapper avec des crosses. J’ai été horriblement battu. Ils ont jeté Dicle dans un bateau. Il y avait deux Noirs sur le bateau. Ils nous regardaient avec peur.

Ils ne nous ont pas rendu nos sacs à main mais ont jeté nos sacs à dos dans le bateau. Ils m’ont aussi jetée dans le bateau. J’ai résisté et ils m’ont jetée à l’eau. J’ai vu les soldats turcs de l’autre côté.

Dicle ne parle que le kurde, je leur ai parlé de sa situation. Le poste frontière d’İpsala nous a emmenées. Ils m’ont arrêté là-bas pour avoir enfreint l’interdiction de voyager internationale et m’ont envoyé à la prison d’Edirne.

 J’ai entendu dire que Dicle avait été envoyée dans un camp de réfugiés. Ils m’ont fouillée à nu quand je suis allée à la prison d’Edirne.

La prison était dans un état misérable. C’est une prison de 200 ans et les conditions sont horribles. Ils m’ont mis avec les femmes arrêtées pour des accusations liées à l’organisation terroriste Guleniste (FETÖ) ».

Elles ne veulent pas que leurs noms soient divulgués. Mais presque toutes ont déjà fait l’objet de fouilles à nu plusieurs fois. L’enfant de 15 ans d’une des femmes a été menotté dans le dos. Alors que l’une d’elles subissait une fouille à nu, elle avait son enfant avec elle.

Après être restée 8 jours dans cette prison, j’ai assisté à l’audience tenue par le tribunal de Malatya via le Système d’Information Audio et Visuel (SEGBİS). On m’a libérée à condition de me présenter au commissariat 3 fois par semaine. »

Keskin : Nous allons nous adresser à la CPI

Coprésidente de l’Association des droits de l’homme (İHD), Eren Keskin, déclare que la Grèce a commis un grand crime international contre l’humanité :

« La situation de Meral indique un problème à deux aspects :

D’un côté, elle a subi de fortes pressions dans la région aux côtés de sa famille. Elle a subi des violences policières, du harcèlement et des enlèvements. Elle est actuellement jugée pour propagande en raison de ses pensées. C’est une figure littéraire, un artiste.

Elle a également une maladie cardiaque et un problème avec ses poumons. Elle a laissé ses deux enfants derrière elle et a fui la Turquie juste pour éviter de rester en prison.

D’un côté, c’est horrible. Ils ôtent la vie à une personne à cause de ses pensées. De l’autre, vous vous enfuyez vers une géographie réputée berceau de la démocratie et vous y êtes soumis au même traitement. et les organisations policières ne sont pas différentes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TURQUIE | Poursuite des procès de meurtre des journalistes Jamal Khashoggi et Musa Anter

Au cours des deux dernières audiences, le tribunal a rejeté les demandes de la fiancée de …