Yvon Buissereth, ex-sénateur du Département du Sud et actuel Directeur de l’Entreprise Publique pour la Promotion des Logements Sociaux (EPPLS) et un proche ont été tués dans la localité de Laboule 12 dans l’après-midi du samedi 6 août 2022, selon ce que rapporte la presse locale. Cet acte aurait été commis par les membres du gang armé mené par « Ti Makak » qui comme plusieurs autres groupes armés de la Capitale haïtienne, tient en otage une localité et font régner la terreur.

Plusieurs personnalités politiques du pays, tel le Premier Ministre de fait Ariel Henry, a réagi après cet acte barbare comme il l’a qualifié :
« Je condamne avec vigueur et sans réserve l’acte barbare perpétré, hier, par des gangs armés de Laboule à l’encontre du directeur général de l’EPPLS, Yvon Buissereth, ancien sénateur de la République »

L’ancienne Sénatrice de la République et Présidente du parti Fusion des Socio-Démocrates Haïtiens pour sa part a réagi sur son compte twitter : « Cette cruauté, comment l’expliquer ? La déshumanisation de l’homme haïtien… ! Agissez Gouvernement, personne ne le fera pour nous. »

Il faut rappeler que depuis quelques temps, Haïti est soumis à une vague de violence qui s’intensifie au rythme de la dégradation socio politique et économique de cette ancienne colonie de la France. Cette violence s’accélère avec l’évolution des gangs armés qui commettent des cas spectaculaires d’enlèvement au quotidien, et des guerres de gangs qui ne cessent de faire des victimes dans la population civile. Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), dans un rapport daté du 13 juillet 2022, a fait savoir que la guerre des gangs qui a éclaté entre deux groupes rivaux dans la Capitale de Port-au-Prince a fait au moins 89 personnes assassinées dont 21 carbonisées, et 16 autres portées disparues. Soixante-quatorze (74) sont blessées par balles ou à l’arme blanche, cent-vingt-sept (127) maisons ont été soit détruites à l’aide des engins lourds ou incendiées par des bandits.

L’assassinat de l’ex-sénateur de la République Yvon Buissereth survient à exactement un an et un mois après celui du Président haïtien Jovenel Moïse, tué en sa résidence privée dans la nuit du 6 juillet 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SYRIE | Le choléra se propage parmi les réfugiés d’Afrin piégés dans le nord d’Alep

Selon les informations obtenues par l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH / SO…