Pour Maiteé Navarro, les vélos électriques sont très utiles et représentent un soulagement face à la situation difficile des transports à La Havane : « Vous pouvez vous déplacer dans la ville, à l’heure et aux endroits que vous voulez. » Depuis deux ans, la jeune femme de 25 ans dispose de ses propres moyens de transport, ce qui signifie une indépendance pour se déplacer dans une ville de plus de deux millions d’habitants et un système de transports en commun qui n’a pas réussi à suivre la forte demande.

Il en va de même pour Ana Luisa García qui a acheté sa moto il y a environ 5 ans.

Pour la jeune femme, disposer de ce type de véhicule électrique lui donne plus d’indépendance. « Vous pouvez planifier des horaires sans craindre d’être en retard et aussi amener une autre personne avec vous », dit-elle.

Bien qu’elle n’utilise pas de carburant, elle prévient toutefois que le véhicule a besoin d’entretien. « Nous avons dû passer des batteries au gel au lithium, puis les remplacer par une autre. »

Dans le même temps, elle commente qu’il faut faire très attention dans la rue lors de la conduite, car les conducteurs sont souvent désespérés. « Ils vous sifflent et essaient de vous écraser. Les motos électriques sont plus lentes que les motos à essence et j’essaie donc toujours de prendre le chemin le moins fréquenté ».

Le développement des véhicules 100 % électriques s’est accéléré dans le pays ces dernières années, à l’opposé d’un parc composé de 569 037 véhicules de traction, dont 501 552 techniquement adaptés.

Dans un contexte de forte obsolescence des véhicules due à la combustion, de difficultés d’approvisionnement en pièces de rechange, de forte dépendance aux carburants importés et de forte pollution environnementale, la mobilité électrique est l’un des objectifs stratégiques de l’île.

Quels sont les avantages et les limites des véhicules électriques ?

Bien que la mobilité électrique soit une priorité pour le pays, y compris les secteurs public et privé, tous les Cubains ne peuvent pas compter sur l’un de ces véhicules, compte tenu du prix élevé sur les marchés et du fait qu’ils ne sont actuellement vendus qu’en MLC.

En ce sens, Ramsés Montes Calzadilla, directeur de la politique et de la stratégie énergétiques du ministère de l’Énergie et des Mines (Minem), a fait savoir que l’un des inconvénients réside dans le prix sur le marché international, qui est plus élevé qu’un véhicule à combustion avec des caractéristiques similaires. Cependant, précise-t-il, au fil des ans, leur prix a baissé et se rapproche de celui de la combustion.

Concernant les avantages, il explique :

« L’électricité sera toujours moins chère que le diesel et l’essence, et en plus, les moteurs électriques sont beaucoup plus efficaces que ceux à combustion, vous pouvez économiser jusqu’à 70% du coût du carburant. C’est aussi pareil dans les coûts d’entretien, les véhicules électriques ont moins de composants et sont mécaniquement plus simples que les véhicules à combustion et nécessitent moins de lubrifiants, donc l’entretien est moindre et ils peuvent économiser entre 50 et 70 % des coûts d’entretien d’un véhicule à combustion.

« Ils ne polluent pas l’environnement puisqu’ils n’émettent pas de gaz polluants là où ils circulent. D’autre part, ils nous donnent la souveraineté énergétique. De plus, il n’y a pas de contrainte sur la charge de la batterie, puisque cela se fait avec une charge d’entretien pendant le temps que le véhicule est garé ; Par exemple, vous pouvez toujours sortir le matin avec une batterie chargée et elle peut atteindre jusqu’à 500 km d’autonomie (selon la marque). Aujourd’hui pour s’approvisionner en carburant dans les stations de service, il faut passer beaucoup de temps et quand il y en a ».

Dans quelle mesure ce type de véhicule peut-il être affecté ou non avec le déficit actuel de capacité de production ?

« La première chose est que, dans cette situation exceptionnelle que nous avons avec le déficit de capacité de production d’électricité, nous constatons que de plus en plus de véhicules électriques de tous types continuent de circuler dans la rue, c’est-à-dire que malgré les problèmes d’approvisionnement en énergie, il y a toujours un espace de chargement de ces véhicules afin qu’ils continuent à travailler.

« L’UNE, avec le plein soutien des dirigeants du pays, travaille acharnement pour résoudre la situation d’urgence du SEN dans les plus brefs délais. D’autre part, dans la projection stratégique de l’UNE à 2030, l’augmentation de la consommation d’électricité a été prise en compte en raison de l’augmentation de l’utilisation des véhicules électriques dans le pays, où l’objectif d’atteindre 37% de la production d’électricité avec des sources d’énergie renouvelables et poursuivre sa croissance jusqu’à atteindre 100% de la production du pays », explique le spécialiste.

Entreprises publiques : durabilité dans les véhicules électriques

Certaines entités étatiques misent également depuis quelques années sur l’utilisation de l’énergie verte pour le transport. Les travailleurs de la société cubaine de télécommunications, ETECSA, en sont bien conscients, une entité qui a acquis fin 2020 118 véhicules électriques qui ont été utilisés pour l’exploitation de l’entreprise dans les provinces occidentales de Pinar del Río à Matanzas.

Ces voitures ont une autonomie d’environ 130 km et sont idéales pour les zones urbaines qui ne nécessitent pas de longs trajets.

Comme l’explique Carlos Mastrapa Pérez, directeur des vecteurs énergétiques de l’entreprise, dans la deuxième étape du programme qui a débuté en 2021 et s’est terminée à la fin du premier trimestre 2022, une autre flotte a été mis en circulation jusqu’à atteindre le chiffre de 300 « Les provinces du centre et de l’est étaient couvertes. Les nouveaux véhicules électriques ont une autonomie comprise entre 230 et 320 km selon l’environnement ».

Pour eux, assure Mastrapa, le déploiement d’un réseau de chargeurs lents et semi-rapides a été garanti dans diverses installations de l’entreprise dans toutes les provinces, permettant le transit d’un bout à l’autre du pays.

« Les économies calculées en remplaçant les véhicules électriques de l’entreprise en un an représentent 40% du carburant utilisé auparavant (diesel et essences spéciales), et avec cela, cela contribue également à l’environnement. »

Il a également expliqué que comme stratégie, des travaux sont en cours sur l’installation de panneaux photovoltaïques dans des lieux qui assureront la recharge de ces véhicules avec une énergie 100% renouvelable, avec la première expérience dans la capitale, avec l’intention de l’étendre à d’autres régions du pays autant que possible.

« Actuellement, des études de faisabilité sont en cours avec les organismes concernés. »

Il a estimé que les résultats jusqu’à présent ont été favorables, en particulier dans les situations de disponibilité de carburant où ce type de véhicule est utilisé pour maintenir le fonctionnement de l’entreprise : exécuter les investissements, assurer les services, assurer la maintenance.

Une autre entité étatique est la société Aguas de La Habana, qui dispose de 24 véhicules électriques et dont le nombre devrait augmenter après des contrats avec des sociétés étrangères.

Lázaro Torres Laurenti, directeur de la mécanisation d’Aguas de La Habana, dans des déclarations précédentes à la presse, a déclaré que l’entreprise dispose de bornes de recharge, à travers lesquelles l’énergie est fournie aux véhicules sans affecter le système électroénergétique national.

D’autre part, un groupe de travail présidé par le ministère de l’Énergie et des Mines (Minem) prévoit, pour la période 2022-2026, l’importation de 17 218 véhicules 100 % électriques : dont 8 000 voitures, 3 800 bus, 2 080 camionnettes, 1 270 panneaux, 1 268 camions, 520 microbus et 280 ambulances. De même, pour la période 2027-2030, le chiffre des importations devrait passer à 22 000.

Selon les données proposées par le Minem, la variante électrique nécessite un investissement approximatif de 3,115 millions USD, dont 2,489 millions seront pour l’importation de véhicules électriques, 387 millions pour l’électrification dans l’industrie et 239 millions pour les bornes de recharge.

Bien que ses coûts soient encore élevés, des milliers de Cubains ont déjà dit adieu à l’essence et accueillent l’avenir, dans ce qui semble être le nouveau boom dans les rues de l’île.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

CULTURE | Cap-Haïtien : La Louisiane des Caraïbes se confie en images

Plus vieille que la Nouvelle-Orléans en Louisiane aux Etats-Unis, la ville du Cap-Haïtien…