Ceux qui accusaient la Turquie d’être une plaque tournante pour les groupes djihadistes DAECH, etc. combattant les Kurdes du Rojava sont bien servis. Il y a un réseau de terroristes islamistes qui a fait passé 140 millions d’euros depuis l’Europe vers la Turquie et la Syrie, si on croit les enquêteurs allemands qui soupçonnent que le transfert avait lieu via un système bancaire obscur appelé « Hawala banking » depuis l’Allemagne et les Pays-Bas. 

Des raids contre un gang criminel lié au transfert d’argent ont eu lieu mercredi dans 23 villes de Rhénanie du Nord-Westphalie. Dix suspects sont actuellement en détention provisoire, dont certains djihadistes radicaux connus.

 « Parfois, ce sont des coïncidences chanceuses qui mettent la police sur la piste d’une très grande histoire. » 

Ce sont les mots d’un enquêteur sur l’affaire, qui a parlé à l’institution de radiodiffusion publique allemande WDR. 
Dans cette histoire, c’est un « sac de sport » qui a aidé les enquêteurs à révéler une grande chaîne criminelle qui a suscité de forts soupçons de financement du terrorisme en provenance d’Allemagne vers la Turquie et vers les organisations djihadistes qui se battent en tant que mercenaires rémunérés de la Turquie dans le nord-est. Syrie.  

Mercredi matin, plus de 1 400 policiers, procureurs et enquêteurs fiscaux allemands ont perquisitionné plus de 80 adresses dans trois Länder d’Allemagne, en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Basse-Saxe et à Brême. 

« Nous avons stoppé aujourd’hui un prélèvement d’argent extrêmement productif sur le financement du terrorisme. Mais nous avons également mis un terme à l’obtention illégale de profits personnels des auteurs », a déclaré Peter Biesenbach, ministre de la Justice de Rhénanie du Nord-Westphalie, après l’opération. 

Lors de la perquisition de grande envergure, 800 000 euros et 500 000 euros en espèces ont été saisis, a annoncé le parquet de Düsseldorf. 

D’autres objets, comme des voitures de luxe parmi tant d’autres, saisis par la police avaient une valeur incluse d’environ 5 millions d’euros. 

Les enquêteurs ont arrêté 11 suspects, mais ils se sont concentrés sur un total de 67 suspects, qui seraient membres d’un réseau international de blanchiment d’argent et de « hawala » qui fonctionne depuis 2016. Le hawala, un type de banque clandestine, est un moyen de transmettre de l’argent. sans qu’aucune monnaie ne bouge réellement. 

Ils sont notamment accusés d’extorsion prédatrice, de trafic de drogue, de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme, de fraude et de transactions financières illégales. 

Un suspect est accusé d’« appartenance à une organisation terroriste » à l’étranger. Deux des suspects sont considérés comme des menaces islamistes et quatre autres sont attribués à des organisations du spectre islamiste, a rapporté WDR. 

Selon les informations recueillies par WDR, la police a pu arrêter deux hommes, Halid A. et Manfred T, qui avaient déclenché l’enquête qui les a conduits par hasard vers les organisations terroristes en mai 2020. 

Le 28 mai 2020, lorsque la police de patrouille a voulu aider deux hommes blessés dans un petit accident de voiture, ils ont réalisé que quelque chose n’allait pas chez eux et en regardant de plus près dans la voiture, ils ont découvert un sac de sport avec environ 300 000 euros dans la voiture. Selon les enquêteurs, il s’agirait de l’argent de la drogue en provenance des Pays-Bas. L’argent était censé être acheminé à l’étranger via un système bancaire illégal, le « hawala banking »
L’un des deux hommes dans la voiture ce jour-là était le Syrien Halid A, qui aurait soutenu les combattants de DAESH dans la province syrienne d’Idlib, selon WDR. 

Après cet incident d’Halid A. et de son ami ce jour-là dans la voiture, Manfred T. a été dans le collimateur des enquêteurs allemands, qui ont découvert que les deux suspects faisaient apparemment partie d’un groupe plus large qui collecte de l’argent auprès des réfugiés en Allemagne, parmi d’autres, afin de le transférer en Turquie ou en Syrie. Certains réfugiés veulent apparemment subvenir aux besoins de leurs familles avec. Halid A. et son groupe perçoivent également une commission pour les transferts d’argent. 

Les enquêteurs estiment qu’environ 140 millions d’euros ont été transférés vers la Syrie et la Turquie par un système bancaire occulte appelé système bancaire hawala. 

Il existe des « points de dépôt » en Allemagne et aux Pays-Bas et des points de retrait en Syrie et en Turquie. Le transfert d’argent ne prend que quelques minutes. Une fois que les clients en Allemagne ont déposé leur argent, le bureau des décaissements est chargé via WhatsApp de verser l’argent aux clients là-bas. C’est apparemment ainsi que des dizaines de milliers d’euros ont été systématiquement transférés vers la Syrie et la Turquie, selon les enquêteurs qui ont partagé leurs soupçons avec le WDR. 

Avec les opérations de mercredi, ces deux hommes, étroitement surveillés par les autorités allemandes concernant des soupçons de financement du terrorisme depuis 2020, ont été arrêtés pour la première fois avec suffisamment de preuves contre eux pour obtenir une condamnation. 

La manière exacte dont l’argent est utilisé pour soutenir les gangs djihadistes combattant rémunérés par la Turquie dans le nord-est de la Syrie n’a pas encore été clarifiée de manière concluante, mais fait toujours partie des enquêtes en cours, selon WDR. Cependant, les enquêteurs affirment disposer de preuves suffisantes des infractions de blanchiment d’argent, de fraude et de transactions bancaires illégales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

ECONOMIE | L’Espagne sera la seule économie de l’UE qui n’aura pas retrouvé en 2022 son PIB d’avant la pandémie

En fait, selon les estimations de l'exécutif communautaire, l'Espagne sera le seul pays de…