« Un éclairage réel et complet de la nature sociale n’est possible qu’avec un éclairage complet et réaliste de la nature féminine. Clarifier la position des femmes depuis l’histoire de la colonisation jusqu’à leur colonisation économique, sociale, politique et mentale contribuera grandement à éclairer tous les autres aspects de l’histoire et de la société contemporaine. »

« La science est neutre » est un cliché que nous avons beaucoup entendu et lu tout au long de notre vie et que nous croyons et défendons depuis longtemps sans nous poser de questions. Ce que dit la science est si précis et fiable que la plupart d’entre nous ne penseraient même pas à le remettre en question ! Nous l’avons façonnée avec une conviction si profonde que la science est pour l’humanité et qu’elle travaille pour elle, que nous ne voyons pas que les valeurs humaines sont piétinées chaque jour au nom de la science. La science moderne, malgré toutes ses prétentions de neutralité, n’est pas séparée des classes, des nations, des races (sic) ou des sexes. Contre l’obscurité religieuse médiévale ; L’âge des sciences, qui est entré avec la prétention d’être le créateur des lumières, de la liberté et de l’égalité, a abouti à l’hégémonie capitaliste, l’un des systèmes les plus destructeurs de l’histoire sous la direction de la bourgeoisie. La science au service du capitalisme est presque devenue la religion de la bourgeoisie.

L’une des questions auxquelles la transformation de la science en un outil d’hégémonie et de construction de la masculinité accorde le plus d’attention est la relation entre les femmes et la science. La femme, qui a sagement ouvert une très longue période de l’histoire humaine, a été rendue méconnaissable en déformant sa réalité par la mythologie, la religion, la philosophie et la science, comme s’il ne suffisait pas de lui voler ses connaissances et les inventions qu’elle avait découvertes au cours des millénaires. La déesse mère créative et sage du néolithique a été progressivement dévaluée et minimisée par les superstitions de la perspective masculine. Elle a été aliénée d’elle-même, de sa nature, de ses connaissances et de son histoire. Bien que le niveau de représentation numérique dans le domaine de la science soit également important et devrait être considéré comme un objectif, il est beaucoup plus important de déchiffrer la perspective masculine dans la science, son rôle dans la construction de la masculinité et son caractère qui nourrit le sexisme. Et il est important de révéler la vérité, et de parvenir à une vérité scientifique qui soit exempte de sexisme. Une femme ne peut se retrouver que si elle démasque et condamne les mensonges à son sujet et révèle les vérités. Il est très important de déchiffrer comment l’histoire et la pensée masculines se tissent pas à pas, ainsi que de découvrir sa véritable histoire, pour progresser sur cette voie.

La maîtrise des hommes sur la science moderne est un facteur clé dans l’acquisition par la science d’un langage masculin, et pendant qu’il fait de la science, il transmet aussi son propre caractère et ses expériences à la science. Cela explique pourquoi la science moderne a un caractère masculin. Le caractère masculin de la science moderne n’est pas seulement dû à son langage masculin, mais surtout, cette science joue un rôle important dans la construction et la perpétuation de la masculinité. La science moderne, qui prétend être objective, travaille de manière très subtile pour établir et enraciner la perspective patriarcale. Elle reproduit sans cesse le sexisme. Le corps féminin est le domaine sur lequel la science moderne se concentre et qu’elle manipule le plus dans la construction de la masculinité. 

Tout au long de l’histoire, ce domaine, où la domination masculine a été particulièrement mise en avant, était auparavant lié à des normes basées sur des hiérarchies religieuses, traditionnelles et sociales, mais a acquis un nouveau contenu avec le changement radical de paradigme à partir du 18ème siècle. Le corps de la femme, qui avait été auparavant marginalisé de manière ouverte et rigide, considéré comme subordonné et condamné par les jugements religieux, a commencé à être contrôlé par des catégories plus naturelles à partir de ce siècle. 

Au XIXe siècle, le nouveau paradigme moderne a commencé à définir les femmes sur la base de leur sexe, sur la base de leurs différences par rapport au sexe masculin, formant une « opposition binaire ». Au cours de ce siècle, la médecine a coupé le corps féminin de son cycle naturel et l’a emprisonné dans certaines normes. Incapable d’ôter à la femme le pouvoir de créer une nouvelle vie dans son propre corps, l’esprit masculin a trouvé le remède pour sous-estimer sa fertilité et pour calomnier la structure corporelle qui permet de se reproduire sous couvert de science. Les façons dont la biologie, la médecine, la psychologie et la psychiatrie, qui comptent parmi les disciplines importantes du paradigme moderne, traitent du sexe, du genre et de la sexualité, jouent un grand rôle dans l’entretien et la reproduction du patriarcat. 

La construction fluide du genre est également soutenue par les connaissances médicales. En d’autres termes, la médecine a toujours eu son mot à dire dans la création d’une construction du genre, mais le genre n’a jamais été aussi présent dans les corps que dans la médecine moderne. Alors que les scientifiques modernes incarnent les femmes et les poussent hors de la sphère publique en traitant qu’elles sont faibles, ils les ont aussi sexualisées et ont mis en évidence leur fertilité et les ont enfermées chez elles.Un exemple frappant du transfert des rôles masculins et féminins conformément au point de vue patriarcal dominant à la science est révélé dans les explications sur le mouvement des spermatozoïdes et des ovules. 

Selon un article scientifique technique, le sperme, qui est actif dans la fécondation et se déplace de lui-même, perce passivement la membrane de l’ovule en attente de fécondation, lui transfère ses gènes et active son programme de croissance. Jusqu’à cette période, la seule action de l’ovule est de glisser dans le canal et d’attendre la fécondation. Comme c’est similaire aux relations traditionnelles entre hommes et femmes ! Dans la société patriarcale, on tente de légitimer l’état actif des hommes et l’état passif des femmes au nom de la science comme s’il s’agissait d’un reflet de la nature humaine. Cependant, il s’avère par la suite que c’est l’activité de production de protéines de l’ovule qui permet aux spermatozoïdes d’adhérer à l’ovule, et la fécondation a lieu lorsque l’ovule et les spermatozoïdes se rencontrent et se fondent l’un dans l’autre. 

Comme on peut le constater, la médecine moderne est l’un des domaines qui manipule le plus la réalité féminine au nom de l’objectivité et de la scientificité, qui constitue le plus grand support de la domination masculine et qui nourrit le sexisme. En plus de la médecine, la science de la biologie a servi à justifier une inégalité fondée sur la différence entre les sexes avec certaines de ses revendications. Les différences anatomiques des sexes s’entremêlent aux différences de genre et les nourrissent. 

Baser la position inégale des femmes par rapport aux hommes sur les différences biologiques emprisonne les femmes dans la nature. De même, l’anthropologie classique a collaboré avec les colonialistes occidentaux et a tenté de légitimer l’hégémonie impérialiste sur les peuples en développant des thèses telles que celle selon laquelle les peuples coloniaux étaient arriérés et qu’il fallait leur apporter la civilisation. Par conséquent, le caractère sexiste des arguments de la science moderne sur les femmes alimente la domination de l’esprit masculin et fait que les problèmes de l’humanité restent sans solution et entraînent l’humanité dans le désastre en s’aggravant de jour en jour. 

La clé de la solution à tous ces problèmes réside dans la définition correcte de la réalité des femmes. Une analyse correcte de la réalité des femmes n’est possible qu’avec une perspective correcte sur sa nature. Tant que la nature féminine restera dans l’obscurité, toute la nature de la société restera dans l’ombre. Un éclairage réel et complet de la nature sociale n’est possible qu’avec une illumination complète et réaliste de la nature féminine. Clarifier la position des femmes depuis l’histoire de la colonisation jusqu’à leur colonisation économique, sociale, politique et mentale contribuera grandement à éclairer tous les autres aspects de l’histoire et de la société contemporaine. 

L’objection des scientifiques féministes contre les arguments de la science moderne, qui nourrit la construction de la masculinité et soutient la position secondaire des femmes et porte le sexisme dans le domaine de la science, et le fait qu’elles commencent à déchiffrer le caractère sexiste de la science avec leur travail est important en termes de réalisation d’un caractère digne du nom de la science. Une recherche s’est fait jour pour rendre la science indépendante du genre, des races, des croyances et des idéologies. Bien que confrontés à de grandes difficultés et obstacles, ces efforts sont précieux pour mettre la science au service de l’humanité en étant libéré de l’hégémonie des dirigeants. Renforcer ces poursuites et ces efforts est le devoir de tous ceux qui veulent vraiment servir l’humanité et poursuivre la vérité.

par Fidan Yıldırım

sur Jinnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

CUBA | Lada, Moskvich, Volga: des voitures soviétiques qui brillent dans les rues de Cuba

La première unité du cabriolet Zil, modèle 111, basée sur la Cadillac Fleetwood était un c…