La troupe Foudizè Théâtre, relance en Haïti la 11e édition du festival interculturel du conte baptisé « KONT ANBA TONEL » sous le thème « En Faim de Conte ». Ce festival a lieu du 20 au 25 octobre 2020 à Port-au-Prince et autres villes du pays.

Les activités qui comprendront des spectacles, des ateliers d’écriture et des conférences, seront organisées à l’Institut Français d’Haïti, à la Direction Nationale du Livre, avec la participation de l’invitée spéciale Evelyne Trouillot, écrivaine haïtienne et auteure de conte.

L’objectif consiste à renforcer ce patrimoine culturel immatériel pour éviter qu’il disparaisse dans notre société

confie Chelson Hermoza, le directeur artistique de cet événement.

Il faut aussi encourager les jeunes hommes et femmes à s’intéresser à l’écriture des contes et aussi à raconter des histoires

a-t-il ajouté.

Le conte est un élément important dans la culture haïtienne, qui comme dans plusieurs pays de la Caraïbe, participe au renouement des plus jeunes à la culture, aux pratiques et aux valeurs ancestrales.

En Haïti, il s’agit de réunir des jeunes autour d’une personne âgée, le soir, au clair de lune, sous un arbre ou autour d’un feu, et le cri d’envoi se fait entendre par le fameux « Krik-Krak » avant de servir des histoires les unes plus passionnantes que les autres, souvent suivies de devinettes.

Le conte, devenu genre littéraire à partir du XVIe Siècle en Europe, notamment avec les frères Grimm, Straparole et Basile, a traversé des Continents pour venir s’installer dans les Caraïbes. Si les contes ont été introduits en Haïti vers les années 1700 suite à la venue des noirs d’Afrique à Saint-Domingue, pour être plus tard vulgarisés sous l’influence de la culture et l’éducation occidentales peu après l’indépendance, les contes existaient déjà depuis le IXe siècle av. JC  en Chine, réadaptés en Europe au XVIIe siècle, où cette tradition jusqu’alors orale a été retranscrite pour la première fois par l’auteur italien Giambattista Basile à travers son recueil Pentamerone.

Les contes en Haïti sont en effet un mélange de l’Europe Occidental et l’Afrique où de célèbres personnages tirés de la culture africaine comme Nonk Bouqi et Malice, peuvent céder la place à Cendrillon, – qui est une excellente adoption de l’Occident – dans une même soirée.

Haïti offre aussi de célèbres contes tirés des entrailles de sa culture et qui sont parfois repris dans certains livres d’apprentissage à la lecture comme « Ensèl », « Tezen », « Zaza », etc.

Par Joseph LEANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

TRANSPORT | Les pousse-pousse à Madagascar

Ce véhicule qui a supplanté le palanquin au Japon, s’est exporté dans toute l’Asie et les …